Les syndicats, unis derrière Emmanuel Macron au second tour de l’élection présidentielle il y a 10 mois, manifestent aujourd’hui contre la mise en concurrence des concessions hydrauliques devant le Parlement européen à Strasbourg.

S’ils dénoncent la mise en demeure de la France par les technocrates non-élus de la Commission européenne, ces syndicats ne remettent jamais en cause les traités européens et la mondialisation-destruction. Ces syndicats se font complices, par leur silence, de la disparition de nos services publics et de la perte de l’autonomie de notre nation en matière énergétique.

La privatisation des barrages hydroélectriques dépouillerait la France d’une ressource d’énergie, régulatrice de l’écosystème, décarbonnée et rentable.

En Commission ITRE, Industrie – Recherche – Énergie, je m’oppose à toutes les évolutions du marché unique de l’électricité européen. Ces révisions, toujours plus fédéralistes, se font au détriment des secteurs énergétiques stratégiques français qui assurent à la Nation son autonomie et aux Français, l’accès à une électricité à bas-couts.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts