Sur les dysfonctionnement dans la gestion des fonds Leader en France

Sur les dysfonctionnement dans la gestion des fonds Leader en France

Monsieur Philippe Loiseau alerte la commission sur les problèmes de gestion des fonds européens Leader en France. La gestion des fonds européens Leader, dédiés au développement des territoires ruraux, avec une enveloppe de 700 millions d’euros alloués sur la période 2014-2020 en France, a été confiée aux régions. Sur cette somme, seulement 10 millions d’euros ont été payés, et environ 70 millions d’euros programmés pour la période 2014-2020. Le taux de paiement français est, à ce jour, d’environ 2,2 %, situant la France au 27ème rang, sur 28 États membres, sur ce critère. Il semble que ces mauvais résultats soient imputables aux blocages provoqués par le logiciel Osiris, logiciel pourtant éprouvé lors de la précédente période de programmation Leader 2007-2013.

Philippe Loiseau demande à la commission comment elle pourrait intervenir pour éviter que les territoires ruraux soient les premières victimes des graves dysfonctionnements du binôme État- régions, jetant en même temps le doute chez les porteurs de projet ruraux quant à la faculté de l’Europe à agir localement.

Agriculteurs/gilets jaunes : vivre dignement du fruit de son travail !

Agriculteurs/gilets jaunes : vivre dignement du fruit de son travail !

La semaine prochaine les gilets jaunes devraient être rejoints par le monde agricole qui se mobilisera pour faire cesser le matraquage des agriculteurs, mais aussi pour que le gouvernement tienne ses promesses annoncées par la loi Alimentation.

Alors que le gouvernement a fait miroiter aux agriculteurs une amélioration de leurs revenus, le seul effet sera une augmentation des marges de la grande distribution et donc des prix pour les consommateurs !

A l’instar des mesurettes du Premier ministre du simple report des taxations prévues, le ministre de l’Agriculture reconnaît que le calendrier de mise en place de la loi alimentation risque d’être perturbé, sous-entendant donc que la hausse des prix serait déplacée dans le temps.
Avec ce type de réponse, le gouvernement et le président de la République, en plus du mépris montré aux Français, mettent notre pays en grave danger.

On peut donc légitimement se demander si E. Macron sait ce que veut dire « pouvoir vivre dignement du fruit de son travail ». C’est exactement ce que souhaitent les agriculteurs comme l’ensemble des Français !

Sur les produits que nous importons du Canada dans le cadre du CETA et qui ne respectent pas les normes que l’on impose à nos propres agriculteurs

Sur les produits que nous importons du Canada dans le cadre du CETA et qui ne respectent pas les normes que l’on impose à nos propres agriculteurs

Question écrite de Philippe Loiseau.

Il y a un an, le CETA entrait partiellement en vigueur et nous importons, contre l’avis même des agriculteurs français et européens, des produits canadiens. Or, certaines enquêtes semblent démontrer que des produits interdits en Union européenne sont utilisés par le Canada, notamment l’atrazine pour les céréales, importées sur nos territoires.

La Commission est-elle au courant de ces pratiques et compte-t-elle interdire ces importations et donc remettre en cause ce traité qui viole les exigences imposées et respectées par nos agriculteurs ?