En vertu du principe de précaution et afin de prévenir les usages nocifs du dichloropropène (utilisé dans la culture des carottes de Créances) classé 2B (peut-être cancérigène) par le Centre international de recherche sur le cancer, l’utilisation dérogatoire du dichloropropène, fondée sur l’article 53 du règlement européen n°1107/2009 concernant la mise sur le marché des produits phytopharmaceutiques, n’a pas été prolongée. À court terme, l’évolution soudaine de la
réglementation menace l’équilibre de la filière des carottes de Créances dans le département de la Manche. En outre, l’accompagnement financier des exploitants connaissant des pertes substantielles exceptionnelles ne permettra pas d’assurer la pérennité de cette appellation d’origine contrôlée importante pour l’économie du territoire et l’identité du terroir normand.

En l’absence, à ce jour, de produit de remplacement suffisamment performant, et considérant le nombre de producteurs concernés et la baisse du tonnage attendue, Philippe Loiseau demande à la Commission si un plan est envisagé pour assurer le maintien de cette culture dans le respect de l’environnement.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts