Bruxelles subventionne 2 millions d’euros l’étude réalisée par un chercheur basé en Australie d’une langue aborigène parlée par seulement 2 500 personnes

Bruxelles subventionne 2 millions d’euros l’étude réalisée par un chercheur basé en Australie d’une langue aborigène parlée par seulement 2 500 personnes

Question de Dominique Martin à la Commission européenne.

Les entreprises basées en France sont de plus en plus nombreuses à rechercher des collaborateurs capables de travailler en anglais. Mal maîtriser cette langue peut donc être un frein à l’insertion professionnelle, en particulier pour les plus de 40 ans. La France occupe l’avant-dernière place en Europe, seule l’Italie, faisant un peu moins bien. 74% des étudiants français voudraient améliorer leur anglais.

Pourtant Bruxelles a préféré allouer 2 millions d’euro à un chercheur né en Australie pour l’étude de langues inconnues(Murrinh-Patha, Siwu, Lao, Kri, Cha’palaa, Duna et la langue argentine des signes). Cette étude a notamment permis de montrer que lorsqu’un Argentin montre un visage sidéré, son interlocuteur répète la phrase précédente car il a compris que l’autre n’avait pas compris. Cette étude a même obtenu un prix Nobel parodique en 2015.

Suite à cet investissement, quels ont été les résultats concrets pour les chômeurs européens ?

Le 28 août 2018, le Parlement européen a interdit que les eurodéputés français présentent des amendements en français sur le rapport « Emploi et politiques sociales de la zone euro ». De nombreux documents parlementaires ne sont reçus qu’en anglais. Quand la Commission utilisera ces fonds pour traduire les documents qu’elle envoie au Parlement européen ?

 http://focuscampus.blog.lemonde.fr/2017/11/09/maitrise-de-langlais-la-france-stagne-a-un-niveau-mediocre/

 https://www.google.com/url?sa=t&rct=j&q=&esrc=s&source=web&cd=1&ved=2ahUKEwiX2J6TmIjeAhVHZ1AKHRgsC3YQFjAAegQICRAC&url=http%3A%2F%2Fec.europa.eu%2Fcommfrontoffice%2Fpublicopinion%2Findex.cfm%2FResultDoc%2Fdownload%2FDocumentKy%2F82898&usg=AOvVaw2mpNj33ySIQSrE1QaO13Hd

 https://www.mpi.nl/institute/research-departments-groups/sociality-and-language-use

 Langue aborigène parlée par 2500 personnes.

 Langue de l’Est du Ghana

 Langue du Laos

 Langue du Laos

 Langue du Nord de l’Équateur parlée par 10 000 personnes

 Langue de Papouasie

 Freeze look

 Manrique, E., & Enfield, N. J. (2015). Suspending the next turn as a form of repair initiation: Evidence from Argentine Sign Language. Frontiers in Psychology, 6: 1326. doi:10.3389/fpsyg.2015.01326. more >

 http://nickenfield.org/huh/ Ig Nobel Prizes

5,6 milliards d’euros engloutis dans la Méditerranée en 10 ans

5,6 milliards d’euros engloutis dans la Méditerranée en 10 ans

Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

Imaginée par Nicolas Sarkozy et fondée en 2008 lors d’une cérémonie mémorable qui aura coûté 17 millions d’euros au contribuable français, l’Union pour la Méditerranée (UpM) (en arabe : الاتحاد من أجل المتوسط) est une organisation intergouvernementale rassemblant les 28 membres de l’Union européenne (UE) et 15 pays d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient (Turquie, Jordanie, Israel…) et la ligue Arabe.

En 10 ans, l’Union pour la Méditerranée (UpM) a subventionné 54 projets de coopération d’une valeur de 5,6 milliards d’euros, allant d’initiatives de développement durable et des projets d’infrastructures urbaines à des programmes favorisant l’égalité des sexes, l’entrepreneuriat ou la création d’emplois. Deux universités euro-méditerranéennes ont été créées.

Safadi, co-président jordanien a reconnu lors de la conférence anniversaire (08/10/2018) que la situation en Méditerranée avait empiré depuis la création de l’UpM.

Quelle est la contribution nette versée par la France et les autres contributeurs nets au budget de l’UpM ?

Quel est le nombre d’emploi créés dans l’UE et hors UE, rapportés au budget investi ?

Pourquoi Bruxelles continue de financer l’UpM au détriment de la création de l’emploi en Europe ?

https://fr.wikipedia.org/wiki/Union_pour_la_M%C3%A9diterran%C3%A9e

Agence Europe (08/10/2018)

Sur l’exploitation de terres agricoles situées sur le territoire français par des agriculteurs étrangers

Sur l’exploitation de terres agricoles situées sur le territoire français par des agriculteurs étrangers

Il apparaît que de nombreux agriculteurs étrangers qui exploitent des terres en territoire français sans tenir compte des différences de législations, notamment en ce qui concerne l’emploi de produits phytosanitaires.
Il résulte de cette situation l’utilisation de produits interdits sur le territoire national français, au détriment des consommateurs, mais également des agriculteurs français, mis devant le fait accompli.
Si des contrôles sont effectués, ils sont essentiellement réalisés dans les fermes et non directement sur les terres cultivées. Les exploitants étrangers, par définition, ne font donc l’objet d’aucune vérification dans leurs locaux.

Quelles sont les mesures envisagées par la Commission pour donner les moyens aux autorités nationales de pouvoir lutter contre cette situation ?

Recrutement d’agents de sécurité et de protection armés à la Commission

Recrutement d’agents de sécurité et de protection armés à la Commission

Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

La Commission a décidé de recruter 97 agents de sécurité et de protection armés le 30 août 2018. La Commission emploie déjà 850 gardes de sécurité privés.

Pourquoi la Commission ne fait-elle pas confiance aux autorités nationales de police pour protéger ses bâtiments et son personnel des attaques terroristes ?

Sachant que le Parlement européen affecte 6 millions d’euros pour les dépenses de chauffeurs de son Secrétariat général, quel est le budget affecté en 2018 par les institutions européennes pour la sécurité de leurs infrastructures et de leur personnel ?

L’affaire Benalla en France a montré que la création d’auxiliaires de police parallèles crée une confusion de rôles malsaine vis à vis des autorités de police nationales. Pourquoi la Commission juge nécessaires que ses fonctionnaires soient armés alors qu’elle souhaite que les citoyens européens ne le soient pas ?

https://epso.europa.eu/apply/job-offers/competition/3221/description_fr ; https://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/HTML/?uri=OJ:C:2018:305A:FULL&from=EN

https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/file_import/aar-hr-2016_en_0.pdf

6 202 300 euros http://publications.europa.eu/resource/cellar/7d82d6f4-1c53-11e8-ac73-01aa75ed71a1.0009.03/DOC_1

https://www.7sur7.be/7s7/fr/1505/Monde/article/detail/3458814/2018/07/31/L-affaire-Macron-Benalla-laissera-des-traces-profondes.dhtml

L’avenir menacé pour 2 millions de travailleurs français dépendants de la construction automobile

L’avenir menacé pour 2 millions de travailleurs français dépendants de la construction automobile

Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

Le 17 juillet 2018, la Commission de Bruxelles a signé un traité de libre-échange avec le Japon. Tokyo a obtenu une levée des droits de douane sur ses voitures alors que les Japonais n’achètent quasiment pas de voitures étrangères.

Depuis dix ans déjà, la France importe plus de voitures qu’elle n’en exporte. À la fin juin 2018, le solde commercial de la construction automobile en France est déficitaire de 9 milliards d’euros par an alors qu’il était positif de 10 milliards en 2000.

Suite à l’entrée des pays de l’Est dans l’Union Européenne, de nombreuses lignes de production ont été délocalisées en Slovaquie, Tchéquie (PSA) ou Slovénie, Turquie (Renault) entraînant une perte de 240 000 emplois en Europe de l’Ouest. Ainsi fin 2017, Renault et Peugeot comptaient en France 115 500 employés. C’est 80 000 salariés de moins qu’en 2006. On a produit en France seulement 2,2 millions de véhicules en 2017 contre 3,5 millions en 2007.

Quelles mesures la Commission va engager pour compenser les pertes d’emploi dans la construction automobile en France dues aux importations et à l’élargissement décidé par Bruxelles ?

1] https://www.lemonde.fr/europe/article/2018/07/17/donnees-personnelles-accord-historique-entre-l-union-europeenne-et-le-japon_5332715_3214.html

Entre 250.000 et 450.000 par an https://www.lesechos.fr/industrie-services/automobile/0301988910361-la-deprimante-balance-commerciale-de-lautomobile-francaise-2196715.php

http://ccfa.fr/wp-content/uploads/2018/01/Analyse_Statistiques_2017_FR.pdf

Peugeot 108,208, Citroën C1, C3

Twingo

Clio

entre 2005 et 2014 http://ccfa.fr/wp-content/uploads/2018/01/Analyse_Statistiques_2017_FR.pdf

respectivement 47 700 et 67 800 salariés http://frenchcocorico.com/voitures-made-in-france-en-2018/

La Commission recommande la casse des régimes de retraites français : – 5 milliards d’euros

La Commission recommande la casse des régimes de retraites français : – 5 milliards d’euros

Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

Selon les prévisions de la Commission, la France ne devrait pas respecter les « dispositions » en matière de dette en 2018 et 2019. Le niveau des dépenses publiques en France est le plus élevé de l’Union européenne : 56,0 % en 2018, soit 10,6 points de pourcentage de plus que la moyenne de l’UE. La Commission a recommandé le 25 mai 2018 au Président Macron de raboter les retraites :

« Un système des retraites plus simple et plus efficient générerait des économies plus importantes et contribuerait à atténuer les risques qui pèsent sur la soutenabilité des finances publiques à moyen terme. Selon une étude récente, l’alignement de différents régimes de retraite des secteurs public et privé réduirait de plus de 5 milliards d’euros les dépenses publiques à l’horizon 2022. »

Quelle est cette étude mystérieuse non référencée par la Commission ?

Sachant que l’Allemagne a dépensé 15 milliards pour amortir l’arrivée des « migrants » de 2015 dont seulement 5% travaillent à plein temps, la Commission estime-t-elle qu’il faut raboter les retraites de 5 milliards pour subvenir aux besoins de ces populations jeunes et inactives ?

Plus précisément, la Commission recommande au Conseil de recommander à la France

p.4 https://ec.europa.eu/info/sites/info/files/file_import/2018-european-semester-country-specific-recommendation-commission-recommendation-france-fr.pdf

Étude du service de recherche du Parlement européen (2017): Intégration des réfugiés en Allemagne, Autriche et Suède