Décence : le rappeur islamiste Médine doit annuler son concert vendredi à Strasbourg !

Décence : le rappeur islamiste Médine doit annuler son concert vendredi à Strasbourg !

C’est avec stupeur que j’ai découvert dans les rues de Strasbourg des affiches annonçant la tenue d’un concert du rappeur Médine, dont les liens avec la mouvance islamiste des Frères musulmans sont désormais notoires.

Derrière le vernis artistique se cache un redoutable propagandiste, capable par ses chansons mais aussi par son exemple de toucher de très nombreux jeunes. Médine est le parfait exemple d’une idéologie islamiste se déployant dans notre pays par tous les moyens, à travers tous les supports.

En octobre dernier, face à l’émotion et à la pression populaires, Médine avait pris la sage décision d’annuler son concert prévu au Bataclan. Alors que trois personnes ont été tuées dans une attaque terroriste hier à Strasbourg, que plusieurs autres sont encore entre la vie et la mort et que le djihadiste assaillant est toujours en fuite, la raison tout comme la décence devraient le conduire à en faire de même pour ce concert.

Si Médine n’est pas capable de le comprendre de lui-même, il reviendra alors alors au maire de Strasbourg et au préfet du Bas-Rhin de lui faire entendre raison.

Un Pacte mondial contre les nations

Un Pacte mondial contre les nations

Editorial de Nicolas Bay, co-président du groupe ENL, paru dans « La lettre du Groupe Europe des Nations et des Libertés » du 10 décembre 2018. Pour recevoir les lettres du groupe : cliquez ici

Ce dernier était donc présent aujourd’hui à Marrakech, aux côtés de la chancelière allemande Angela Merkel, de l’Espagnol Pedro Sanchez et du Grec Alexis Tsipras, le grand ami de Mélenchon qui s’est déjà couché devant la Troïka.

Quant à Macron, « n’écoutant que son courage, qui ne lui disait rien », il n’a pas osé signer lui-même mais il a envoyé son secrétaire d’État aux Affaires étrangères, l’ex-UMP Jean-Baptiste Lemoyne, pour commettre cette forfaiture.

Entre deux cocktails, le Secrétaire général des Nations unies qui n’est autre que le socialiste portugais Antonio Guterres, a présenté la migration comme « inévitable et nécessaire ».

Ce n’est pourtant pas l’avis d’un nombre croissant de nations qui ont d’ores et déjà annoncé qu’elles refuseront de ratifier ce texte lors de l’assemblée générale de l’ONU qui se tiendra le 19 décembre prochain à New York.

Nicolas Bay
Co-Président du groupe Europe des Nations et des Libertés

Impôts, taxes, cotisations : la France est championne d’Europe

Impôts, taxes, cotisations : la France est championne d’Europe

Editorial de Nicolas Bay, co-président du groupe ENL, paru dans « La lettre du Groupe Europe des Nations et des Libertés » du 3 décembre 2018. Pour recevoir les lettres du groupe : cliquez ici

Devenue championne du monde de football en 2018, la France conserve surtout son titre de championne d’Europe en matière de pression fiscale, loin devant des pays aussi différents que l’Irlande, la Bulgarie ou l’Espagne. C’est ce que vient de confirmer un rapport d’Eurostat du 28 novembre, qui rappelle que la France occupe la première place du classement depuis 2015 ; en 2012, notre pays se contentait de la troisième place, derrière la Belgique et le Danemark.

En 2017, les recettes fiscales se sont ainsi élevées à 48,4% du PIB (produit intérieur brut), soit plus de 8 points au-dessus de la moyenne européenne. Cette année-là, la France a connu la 5ème plus forte augmentation parmi les 28 États membres, tandis que la pression fiscale a baissé dans pas moins de 13 pays de l’Union européenne. Ainsi, les impôts et cotisations sociales payés par les Français en 2017 ont franchi la barre des 1 000 milliards d’euros, soit presque la moitié de notre dette publique, qui, « en même temps », continue de se creuser.

Macron, dont on ne rappellera jamais assez qu’il fut le principal conseiller économique de François Hollande, avant d’en devenir le ministre de l’Économie et des Finances, poursuit donc le travail de sape de ses prédécesseurs avec une fiscalité qui frappe toujours plus durement, les classes populaires, les classes moyennes, les retraités et les familles.

D’où le formidable mouvement des « Gilets Jaunes » lancé après l’annonce de l’augmentation des taxes sur le carburant.

Car derrière les chiffres des statisticiens, il y a des hommes et des femmes, il y a des familles françaises qui n’arrivent plus à joindre les deux bouts, qui sont à bout.

Nicolas Bay
Co-Président du groupe Europe des Nations et des Libertés

Percée de VOX en Andalousie : l’Espagne se révolte à son tour contre l’invasion migratoire !

Percée de VOX en Andalousie : l’Espagne se révolte à son tour contre l’invasion migratoire !

Alors que l’Andalousie était un bastion des socialistes depuis 37 ans, un bouleversement politique sans précédent a eu lieu hier soir à l’issue des résultats aux élections régionales. Avec 11% des voix et 12 sièges (sur 109) au Parlement régional, Vox a fait une entrée spectaculaire, une première en Espagne.

La débâcle du PSOE en Andalousie est un échec cuisant pour Pedro Sanchez, qui gouverne l’Espagne depuis six mois à peine avec une majorité très fragile et aléatoire (son propre parti ne disposant que de 84 sièges sur 350 à la chambre des députés), et qui se montre incapable de freiner les flux migratoires anarchiques en provenance du Maroc.

Tandis que les conservateurs du Parti Populaire (PP) ont remporté seulement 26 sièges, sept de moins qu’aux précédentes régionales en 2015, malgré tous les efforts de leur nouveau chef, Pablo Casado, le mouvement de Santiago Abascal se pose en arbitre de la future coalition qui présidera aux destinées de l’Andalousie.

Avec cette nouvelle gifle historique pour les socialistes, l’isolement du trio immigrationniste Macron-Merkel-Sanchez se fait de plus en plus net en Europe où partout désormais s’exprime la volonté d’une Europe des nations, des protections et des peuples.

Merkel et Macron : trois petits tours et puis s’en vont

Merkel et Macron : trois petits tours et puis s’en vont

Editorial de Nicolas Bay, co-président du groupe ENL, paru dans « La lettre du Groupe Europe des Nations et des Libertés » du 26 novembre 2018. Pour recevoir les lettres du groupe : cliquez ici

Mardi 13 novembre, la chancelière allemande était invitée à Strasbourg pour un « débat sur l’avenir de l’Europe », le douzième dans cette série lancée en janvier dernier au Parlement européen.

Après un énième revers électoral fin octobre, Angela Merkel a annoncé qu’elle ne briguerait pas un nouveau mandat à la tête de la CDU, parti qu’elle dirige depuis 18 longues années ; outre-Rhin, on est désormais convaincu qu’elle n’ira pas au bout de son mandat de chancelière.

Si Merkel se trouve aujourd’hui dans cette situation critique, c’est que les Allemands ne lui pardonnent pas d’avoir décidé unilatéralement d’ouvrir notre continent aux flux de migrants en 2015. Cette année-là, les seuls services allemands de l’immigration ont recensé 2 136 954 entrées, avec un solde migratoire s’élevant à 1 139 402 personnes.

Alors qu’à partir de 2015 la criminalité a littéralement explosé en Allemagne, on aurait pu s’attendre à un mea culpa de cette chancelière en fin de règne. Hélas, niant les évidences, elle a répété dans son discours le double mantra de la « tolérance » et de la « solidarité ».

Cinq jours plus tard, dimanche 18 novembre, c’est Macron qui s’en est allé à Berlin pour réaffirmer son soutien à Merkel et réclamer une accélération du fédéralisme européen.

Fragilisé en France par le mouvement des « gilets jaunes », ridiculisé à l’étranger par ses nombreuses frasques, Macron n’est pas plus crédible que Merkel. Mais donnons-lui raison tout de même sur un point : oui, « nous sommes à la croisée des chemins ». Soit nous poursuivons sur la voie du suicide européen, au nom d’une morale devenue folle, soit nous refondons l’Union européenne pour qu’elle corresponde enfin aux intérêts des peuples d’Europe.

Nicolas Bay
Co-Président du groupe Europe des Nations et des Libertés

Migrant relâché après le viol de deux lycéennes : nos « codes culturels » doivent s’imposer à tous et être défendus par la Justice !

Migrant relâché après le viol de deux lycéennes : nos « codes culturels » doivent s’imposer à tous et être défendus par la Justice !

Un migrant jugé par la cour d’assises de la Manche a été acquitté pour le viol d’une lycéenne et condamné à seulement du sursis pour l’agression sexuelle d’une autre mineure, dans un verdict rendu mercredi 21 novembre 2018. Il est donc ressorti libre du tribunal !

Sous prétexte que le criminel n’avait pas les mêmes « codes culturels » et n’aurait pas eu conscience d’imposer une relation, ce jugement témoigne d’une clémence scandaleuse. En se basant sur les origines du violeur, la cour d’assises perd ainsi totalement de vue la punition du crime et méprise la souffrance des victimes.

Le fait de ne pas partager nos « codes culturels » ne devrait en aucun cas être considéré comme une circonstance atténuante ! Tout au contraire ce jugement inique pose crûment la question de la criminalité – et en particulier des violences sexuelles – liée à l’immigration massive, incontrôlée et inassimilée.

Nos « codes culturels » doivent s’imposer à TOUS ceux qui posent le pied sur notre territoire, sans délais, sans excuses et sans faiblesse. Ce devrait être la mission de la Justice !