Mesures anti-américaines : la Commission cible les Harley-davidson, le whisky et les électeurs de Trump au lieu de penser à l’avenir et aux emplois des européens

Mesures anti-américaines : la Commission cible les Harley-davidson, le whisky et les électeurs de Trump au lieu de penser à l’avenir et aux emplois des européens

Question de Dominique Martin, Député français membre du groupe ENL, à la Commission européenne :

Suite aux mesures américaines de sauvegarde de l’emploi dans la sidérurgie américaine via des droits de douane à l’importation d’aluminium et d’acier, la Commission européenne a décidé le 6 juin d’imposer des droits sur les produits américains à hauteur de 3 milliards d’euros,.

La discrimination pour convictions politiques est interdite par les traités européens. Pourtant, la Commission a décidé de cibler des produits fabriqués dans les régions américaines qui ont voté pour le Président Trump (Rust Belt, Floride, Mid-west…),, . Ainsi, la liste des produits ciblés comprend, par exemple, la canneberge (cranberry), le whisky, les cigares ou les tee-shirts en coton.

La plupart des produits choisis sont peu fabriqués en Europe ou dans des secteurs en déclin. Il est douteux que l’emploi européen se développe dans ces secteurs. Avec le Brexit, le whisky n’est même plus un produit typiquement européen.

Pourquoi la Commission n’a pas choisi ses cibles en fonction des possibilités futures d’emploi en Europe, par exemple en taxant des compagnies américaines concurrentes de sociétés européennes dans des secteurs d’avenir comme Google ou Goldman Sachs ?

http://europa.eu/rapid/press-release_IP-18-4083_fr.htm

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2018/06/06/20002-20180606ARTFIG00235-taxes-americaines-la-riposte-europeenne-est-prevue-pour-juillet.php

L’article 10 du Traité sur le Fontionnement de l’Union Européenne prévoit que « dans la définition et la mise en œuvre de ses politiques et actions, l’Union cherche à combattre toute discrimination fondée sur le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion ou les convictions, un handicap, l’âge ou l’orientation sexuelle ».

https://bfmbusiness.bfmtv.com/monde/barrieres-douanieres-l-europe-prete-a-punir-les-electeurs-de-trump-1386781.html

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2018/03/02/97002-20180302FILWWW00216-commerce-l-ue-elabore-une-liste-de-produits-americains-a-taxer.php

https://www.capital.fr/economie-politique/commerce-les-represailles-ciblent-des-etats-favorables-a-trump-1279706

http://trade.ec.europa.eu/doclib/docs/2018/may/tradoc_156909.pdf

Partager cet article

Sanctions à l’encontre des États faisant recours au travail des enfants

Sanctions à l’encontre des États faisant recours au travail des enfants

Le Parlement européen

– Vu l’article 133 du règlement ;

A. Considérant que, selon l’Organisation Internationale du Travail (OIT), 152 millions d’enfants sont exploités dans le monde ;

B. Considérant qu’à l’échelle mondiale les inégalités s’accentuent et le travail forcé des enfants augmente ;

C. Considérant que le 14 novembre 2017 les gouvernements de 193 pays ont pris 91 engagements contre l’utilisation des enfants, et considérant que l’Union européenne s’engage à appliquer ses directives révisées concernant la protection des droits de l’enfant ;

D. Mais considérant que l’UE continue à acheter et à s’approvisionner dans des secteurs particulièrement néfastes pour les droits de l’enfant (prêt à porter, minerais, etc.) et que les objectifs initialement fixés pour 2016 n’ont pas été atteints et repoussés à 2030 ;

Demande à la Commission de réaliser une étude sur les importations réalisées en UE depuis les pays exploitant le travail des enfants.
Demande à la Commission de recommander aux États membres de ne plus acheter dans ces pays et de favoriser les circuits courts, la préférence européenne et, quand cela n’est pas possible, les pays respectueux de la protection de l’enfance.
http://ec.europa.eu/employment_social/social_agenda/books/51/fr/#9/z

Interdiction des candidatures d’étudiants issus de pays à risque dans nos formations européennes universitaires sensibles (CRBN)

Interdiction des candidatures d’étudiants issus de pays à risque dans nos formations européennes universitaires sensibles (CRBN)

Le Parlement européen

– Vu l’article 133 du règlement ;

A. Considérant le risque avéré d’attaques terroristes dites chimiques, radiologiques, bactériologiques et nucléaires (CRBN) en Europe ;

B. Considérant le degré de technicité que nécessitent de telles attaques ;

C. Considérant que, dans le passé, notamment sous Saddam Hussein, il a été constaté que de nombreux étudiants irakiens étudiaient la matière nucléaire au Royaume-Uni ;

1. Demande à la Commission de faire une étude ayant pour objectif de lister les formations européennes universitaires sensibles (nucléaire, manipulation chimique et bactériologique, etc.) ;

2. Demande à la Commission de réaliser une étude statistique du nombre d’étudiants étrangers inscrits au sein de ces formations universitaires européennes sensibles ;

3. Demande à la Commission de recommander aux États membres de prendre les dispositions nécessaires, notamment à l’égard des pays à risque afin de protéger nos savoirs et limiter les risques CRBN.

Cout par migrant employé en Allemagne : 90 000 euros par travailleur (15 milliards pour 168 000 travailleurs)

Cout par migrant employé en Allemagne : 90 000 euros par travailleur (15 milliards pour 168 000 travailleurs)

D’après un rapport du Service de Recherche du Parlement Européen (EPRS) sur l’intégration des réfugiés environ 1,2 million de demandeurs d’asile ont été enregistrés en 2015 et 2016 (p.11) en Allemagne. L’Allemagne aurait dépensé 0,5 point de PIB (2927 milliards en 2015), soit 15 milliards d’euros pour intégrer la vague de réfugiés en 2015 (p.35). En 2016, 86 % de ceux qui sont arrivés en 2015 n’avaient pas trouvé de travail (p.22).

Ce serait donc seulement 168 000 migrants qui seraient rentrés sur le marché du travail en 2016 pour un coût de 89 286 euros par travailleur migrant pour l’Allemagne, 1/3 seulement travaillant à plein temps.

Quel est le coût par travailleur migrant en Allemagne estimé par la Commission ?

Au vu du coût considérable, pourquoi le Commissaire européen à l’immigration, Dimitris Avramopoulos a déclaré que « l’Europe va avoir besoin de 6 millions d’immigrés » alors même qu’il rappelait que « la vague migratoire et le terrorisme ont plongé l’Europe dans une crise existentielle » ?

Intégration des réfugiés au sein de la Autriche, Allemagne et Suède : Analyse comparative, rapport du service de recherché du Parlement européen. janvier 2018

SOEP Wave report 2016 p.156 Institut allemand de recherche économique https://www.diw.de/documents/publikationen/73/diw_01.c.560446.de/wave_report_2016.pdf

https://www.tdg.ch/monde/L-Europe-va-avoir-besoin-de-6millions-dimmigres/story/19455815

Le consortium DARE (Dialogue About Radicalisation and Equality) reçoit 5 millions d’euros de la Commission au nom d’une pseudo-recherche sur la déradicalisation

Le consortium DARE (Dialogue About Radicalisation and Equality) reçoit 5 millions d’euros de la Commission au nom d’une pseudo-recherche sur la déradicalisation

On y retrouve Michael Privot, un belge converti à l’Islam, qui dirige le réseau européen contre le racisme (ENAR : European Network Against Racism). Il a déclaré en 2015 : « On peut être fondamentaliste et démocrate ». Le 25 avril 2018, son association a plaidé au Parlement européen pour empêcher la France et d’autres pays d’interdire les habits islamiques (Burka…). D’après ses déclarations, son association a reçu 900 000 euros de subventions européennes en 2016 pour 9 salariés.

Depuis mai 2017, la Commission finance un de ses pseudo-projets de recherche sur la radicalisation et les inégalités. Le 27 avril 2018, Michael Privot a recommandé au PE européen et à la Commission d’arrêter temporairement toute initiative contre le terrorisme.

Grâce aux impôts des européens, la Commission finance des projets de recherche à hauteur de 77 milliards d’euros (2014-2020), dont 20 millions d’euros seront encore attribués fin août 2018 et fin août 2019 contre la radicalisation.

Quelles mesures seront prises pour éviter que des fondamentalistes bénéficient de fonds issus des impôts de citoyens européens ?

http://www.lesoir.be/archive/recup/792882/article/actualite/belgique/2015-02-12/michael-privot-islamologue-on-peut-etre-fondamentaliste-et-democrate#
Il s’est également opposé à la tenue d’une conférence du journaliste français éric Zemmour en tant que co-fondateur d’une autre association : EMBEM (Empowering Belgian Muslims) http://www.sudinfo.be/archive/recup/1180815/article/2015-01-01/des-musulmans-vervietois-opposes-a-la-venue-de-zemmour-en-belgique

http://ec.europa.eu/transparencyregister/public/consultation/displaylobbyist.do?id=09854512780-89

Dialogue About Radicalisation and Equality (DARE) https://cordis.europa.eu/project/rcn/208416_en.html

Suite au programme de travail : p. 35 et 36 http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/wp/2016_2017/main/h2020-wp1617-societies_en.pdf

Ses premières conclusions fantaisistes sont que le sentiment de menace perçus par les citoyens européns sont liés, non pas aux terrorisme islamistes, mais aux inégalités sociales entre les territoires et à la résurgence de groupes d’extrême-droite.

http://www.dare-h2020.org/uploads/1/2/1/7/12176018/18_04_25_dare_policy_brief_1_-_ct_experts_perspectives.pdf

https://ec.europa.eu/programmes/horizon2020/en/news/horizon-2020-work-programme-2018-2020

Dans le cadre de l’appel SU-FCT01-2018-2019-2020 : Facteurs humains et aspects sociaux, sociétaux et organisationnels pour résoudre les problèmes liés à la lutte contre la criminalité et le terrorisme. p28, 48 et 49 http://ec.europa.eu/research/participants/data/ref/h2020/wp/2018-2020/main/h2020-wp1820-security_en.pdf