En instrumentalisant le terrorisme, l’UE menace la liberté d’expression !

En instrumentalisant le terrorisme, l’UE menace la liberté d’expression !

Communiqué de Gilles Lebreton, chef de la délégation RN au Parlement européen.

Ce mercredi 17 avril, le Parlement européen votera la proposition de règlement européen portée par le député britannique Daniel Dalton. Ce dernier s’attaque à la « diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Voulant marquer la fin de la législature, le Parlement européen s’est en effet lancé à la va-vite dans un texte ciblant le terrorisme. Mais le consensus dégagé risque de se révéler dangereux pour notre liberté d’expression et l’autonomie des TPE-PME du numérique.

Tout le texte est articulé autour de deux exigences : les plateformes en ligne pouvant héberger du contenu (image, vidéo, texte…) auront obligation de retirer le contenu à caractère terroriste en ligne en moins d’une heure sous peine de sanctions. De plus, les propriétaires de ces plateformes devront maintenir un agent joignable 24h sur 24 pour procéder au retrait des contenus suspects.

Les conséquences probables sont évidentes : la censure préventive, par des robots, menant à de véritables procès d’intention supposée. Des recours seront possibles, mais probablement extrêmement longs. Ils ressembleront à des parcours du combattant qui, dans notre ère de l’instantané, nuiront terriblement à nos libertés numériques.

Ensuite, les petites plateformes ne pourront pas faire face à de telles demandes. Elles seront forcées de sous-traiter à de plus grandes entreprises, probablement aux géants du numérique. Notre liberté d’expression sera donc confiée à des multinationales qui, on a pu le constater, n’en font déjà pas grand cas.

Encore une fois, l’UE fait passer une législation au mieux bancale, au pire dangereuse, en instrumentalisant les menaces qui pèsent sur nos sociétés. Le Rassemblement National votera contre ce texte, pour protéger les libertés de nos concitoyens. Le terrorisme peut et doit être combattu autrement que par la surveillance et la censure de masse !

La protection des lanceurs d’alerte.

La protection des lanceurs d’alerte.

Communiqué de la délégation RN au Parlement européen.

Les lanceurs d’alerte sont des personnes courageuses qui révèlent des agissements illégaux ou contraires à l’intérêt général. En s’en prenant à des personnalités influentes ou aux puissances de l’argent, ils s’exposent à des représailles qui mettent en danger leur situation sociale, leur travail, leur liberté et parfois même leur vie.

C’est ainsi que les deux lanceurs d’alerte qui ont révélé la responsabilité de Jean-Claude Juncker dans les pratiques d’évitement fiscal du Luxembourg (scandale Luxleaks), ont été condamnés par la justice luxembourgeoise.

C’est pourquoi le Rassemblement national juge nécessaire de persuader l’ensemble des États membres de l’Union européenne d’accorder une protection efficace aux lanceurs d’alerte, à l’image de ce que la France a fait avec la loi « Sapin 2 » du 9 décembre 2016.

Le rapport Rozière, que le Parlement européen a voté le 16 avril 2019, s’est attelé avec succès à cette tâche. Gilles Lebreton, rapporteur en second, est en effet parvenu à l’améliorer sur 3 points : en excluant les ONG du champ de protection du texte ; en obligeant les lanceurs d’alerte (sauf nécessité impérieuse) à suivre une procédure de révélation interne à l’entreprise ou à l’administration concernée, ou de révélation à une autorité publique nationale, avant d’avertir la presse ; et en interdisant aux lanceurs d’alerte de porter atteinte au secret de la défense nationale, au secret médical, et au secret des relations entre les avocats et leurs clients.

Ces garanties contre d’éventuels abus du lancement d’alerte ayant été obtenues, la délégation RN a voté pour ce rapport.

Frontex doit servir les nations, pas la Commission !

Frontex doit servir les nations, pas la Commission !

Le Parlement européen votera, ce mercredi 17 avril, le nouveau règlement de l’agence Frontex. Sous couvert de répondre à la crise migratoire qui submerge l’Europe, la Commission de Bruxelles veut doter Frontex de nouvelles prérogatives. Prétendant la renforcer et lui permettre de mieux lutter contre l’immigration illégale, l’UE va en réalité mettre Frontex sous sa coupe. L’agence ne sera plus en appui mais se substituera aux États, posant un grave problème de souveraineté.

Ce règlement prétend également faciliter le retour des migrants mais, en pratique, le cadre juridique mis en place avec notamment des « officiers chargés des droits fondamentaux » aboutira à trouver toutes sortes de motifs pour ne pas expulser les clandestins. D’ailleurs, ce rapport ne parle plus d’immigration illégale mais d’immigration irrégulière. On voit déjà les premiers effets, au moins dans la sémantique, du Pacte de Marrakech qui installe le droit à la migration comme un véritable droit de l’homme !

Le principe de hotspots, c’est-à-dire de centres chargés d’instruire les demandes d’asile dans les pays tiers, est sans surprise abandonné. Il est même prévu que les États soient obligés de proposer aux clandestins en instance de retour des alternatives à la détention ! Bref, on crée toutes les conditions pour qu’ils puissent s’évanouir dans la nature dès qu’ils auront posé le pied sur le sol européen.

Enfin, tout le dispositif d’aide en méditerranée facilite les traversées et engraisse donc les mafias et les passeurs. Pour réduire le nombre de morts en Méditerranée, il faut au contraire mener une politique migratoire très ferme, comme le fait avec succès depuis un an Matteo Salvini en Italie.

Avec nos alliés italiens de la Lega, nous voterons donc contre ce nouveau règlement. Nos adversaires veulent une agence Frontex au service des migrants et entre les mains de la Commission. Nous voulons qu’elle soit au service des Européens et des nations !

Une agression inacceptable

Une agression inacceptable

Communiqué de presse de Gilles Lebreton, Député français au Parlement européen

La façade du domicile de Jean-Claude Blanchard, conseiller municipal de Saint-Nazaire et conseiller régional des Pays-de-la-Loire, vient d’être vandalisée.

Une inscription anonyme y a été apposée : “Blanchard raciste tu vas payer”. Elle est signée d’une faucille et d’un marteau.

En tant que député européen RN de l’Ouest et membre du Bureau national du RN, je dénonce avec force cette agression d’autant plus indigne qu’elle contient clairement une menace.

J’exprime à titre personnel, et au nom de l’ensemble du RN, mon soutien total à Jean-Claude Blanchard.

Marché du gaz : Le Parlement entérine la prise de pouvoir de la Commission en matière énergétique

Marché du gaz : Le Parlement entérine la prise de pouvoir de la Commission en matière énergétique

Jeudi dernier, le Parlement européen a adopté les nouvelles règles communes pour le marché intérieur du gaz naturel, consistant à imposer les règles européennes en matière d’énergie en dehors du territoire de l’Union pour les gazoducs l’approvisionnant.

Dans un contexte de baisse des réserves gazières du nord de l’Europe, la Russie fournit 35% du gaz consommé dans l’Union, et ces exportations sont une source indispensable de revenus pour elle. Malgré cette interdépendance, la Commission évoque une nécessité de diversifier les fournisseurs et cherche à brider, pour des raisons géopolitiques, les échanges avec la Russie.

L’objectif implicite de ce règlement est de nuire au projet Nord Stream 2, permettant de doubler l’approvisionnement en gaz russe via la Baltique. La manœuvre est grossière, et l’opposition ferme de 8 États lors des négociations interinstitutionnelles est la preuve que personne n’est dupe.

La délégation Rassemblement National au Parlement européen regrette que la Commission européenne, et les groupes politiques soutenant sa politique, cherchent à couper l’Europe du gaz Russe par idéologie. Il dénonce le fait que ces mesures favoriseront un gaz de schiste américain nuisible écologiquement et coûteux économiquement.

Enfin, les défenseurs de l’Europe des nations dénoncent la prise de pouvoir de la Commission européenne qui s’impose ici comme leader en matière énergétique et géopolitique, au détriment des États et de leurs intérêts !

Technip, Alstom et aujourd’hui Saint-Gobain ? Un nouveau fleuron français bradé aux étrangers

Technip, Alstom et aujourd’hui Saint-Gobain ? Un nouveau fleuron français bradé aux étrangers

Ce n’est pas officiel, mais presque. A la recherche de partenaires, le géant de la fonte Saint-Gobain PAM aurait d’ores et déjà acté la prise de participation du Chinois XinXing, numéro 1 mondial du secteur, à hauteur de 60 % dans son capital. Une information que la direction aurait d’ailleurs négligé de répercuter aux partenaires sociaux, à en croire le syndicat CFE-CGC interrogé aujourd’hui par l’Est Républicain.

Si l’inquiétude immédiate porte sur les quelque 2000 emplois, principalement lorrains, la nouvelle s’inscrit également dans une triste série noire, à peine une semaine après l’annonce de la fin de la production de la Smart sur le site mosellan de Hambach. Elle inflige aussi un démenti cinglant aux promesses d’un Emmanuel Macron à la suite de la visite médiatique du Président chinois : à l’évidence, les échanges avec l’Empire du Milieu, marqués par un déficit commercial persistant, ne sont pas et ne seront jamais gagnant-gagnant.

D’autant que ceux qui espèrent une action résolue de l’exécutif pour protéger nos intérêts nationaux en seront vraisemblablement pour leurs frais. Comme l’avait souligné Marine Le Pen en 2017, Emmanuel Macron n’avait-il pas, dans le dossier brûlant d’Alstom, refusé d’avoir recours à la possibilité de veto ouverte par le décret n°2014-479 relatif aux investissements étrangers ?

Technip, Alstom, ou encore STX, et demain peut-être Saint-Gobain… si la liste des fleurons français dépecés par des appétits étrangers donne le tournis, elle se double surtout d’un lourd tribut en emplois aussi bien qu’en savoir-faire. A l’heure où la France récolte le titre peu enviable de pays le plus désindustrialisé d’Europe , faut-il rappeler que contrairement au boniment présidentiel, aucune puissance ne saurait survivre dans une compétition mondiale sauvage sans armature industrielle solide ?