Réforme européenne du Droit d’auteur : un accord historique pour nos artistes, nos éditeurs, nos concitoyens et la préservation de nos cultures

Réforme européenne du Droit d’auteur : un accord historique pour nos artistes, nos éditeurs, nos concitoyens et la préservation de nos cultures

Un accord historique a été trouvé hier soir, après trois jours d’âpres négociations, entre le Parlement européen, le Conseil de l’Union européenne et la Commission européenne sur le projet de directive sur le droit d’auteur dans le marché unique numérique soumis par la Commission dès 2016.
Durant de longs mois de négociation Marie-Christine Boutonnet (RN), rapporteur en second, n’a eu de cesse de défendre un niveau élevé de protection et une juste rémunération des artistes, la liberté d’expression et la diversité des systèmes juridiques des 28 États membres.
Ainsi, le député européen a été déterminante dans la constitution d’une majorité favorable à la protection des artistes, des éditeurs et de nos concitoyens face aux GAFA.

Loin des fausses nouvelles et des campagnes de désinformations propagées par de grandes compagnies américaines, le texte assure un équilibre entre les intérêts des utilisateurs et ceux des titulaires de droits d’auteur.
L’article 11 donnera les moyens aux éditeurs de presse de négocier avec Google et les autres gestionnaires de moteurs de recherche pour l’utilisation en ligne de leurs contenus.

L’article 13, quant à lui, permettra une juste rémunération des artistes par YouTube et les autres plateformes en ligne qui exploitent leurs œuvres.
Contrairement aux allégations des lobbies qui déclarent que cette issue vise à saper l’innovation sur internet et les droits en ligne, nous répondons que la démocratie l’a emporté, pour moderniser le droit d’auteur à l’ère du numérique et défendre la propriété intellectuelle des acteurs de la vie culturelle sur le net.

L’Europe telle que le Rassemblement National la voit n’est pas un grand marché à ciel ouvert où les GAFA peuvent se servir librement, gratuitement, impunément.

La submersion migratoire s’organise à Strasbourg !

La submersion migratoire s’organise à Strasbourg !

Communiqué de Gilles Lebreton, chef de la délégation RN au Parlement européen.

L’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée (AP-UPM) a tenu sa 15ème session plénière dans les locaux du Parlement européen de Strasbourg, les 13 et 14 février. J’y ai assisté au nom de la délégation RN.

Comme c’était prévisible, cette Assemblée s’est surtout employée à favoriser la submersion migratoire de l’Europe. C’est ainsi qu’elle a voté à une majorité écrasante une « recommandation relative au phénomène migratoire » dont la lecture est édifiante.

Cette recommandation prône « l’ouverture de canaux pour la migration légale » (§2) ainsi que la création d’« un mécanisme contraignant et permanent de relocalisation des demandeurs d’asile entre les États membres » de l’UE (§18), et apporte son « soutien ferme au regroupement familial » des migrants (§14).

La migration est en effet selon elle une bonne chose, une chance à saisir. La recommandation affirme que « les migrations internationales, lorsqu’elles sont efficacement gérées, peuvent contribuer au développement socio-économique des pays d’accueil » (§5). C’est particulièrement vrai pour l’UE, ajoute-t-elle, qui est victime d’une crise démographique : « si la dynamique naturelle se maintient, en l’absence d’apports liés à l’immigration, en 2070 le rapport entre le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans et les personnes en âge de travailler dans les pays européens sera de 56% » (§5). Il s’agit en somme de remplacer les millions d’Allemands qui ne vont pas naître par des Syriens ! Sans parler des Français…

Pour réaliser cet inquiétant programme, la recommandation n’hésite pas à conseiller aux États de manipuler l’information. Il faut, affirme-t-elle, diffuser « des informations objectives, claires et fondées sur des preuves quant aux avantages et aux coûts de la migration, afin de balayer les discours fallacieux qui engendrent une perception négative des réfugiés et des migrants, en vue de contrer les phénomènes tels que la xénophobie, le populisme, le nationalisme » (§5).

Bien entendu, tout cela s’inscrit dans la droite ligne du Pacte mondial de l’ONU « pour des migrations sûres, ordonnées et régulières », auquel la recommandation ne manque pas de rendre hommage (§7).

Seules l’Italie, la Hongrie et la Pologne ont osé marquer leur désaccord avec ce texte effrayant. Elles ont ainsi sauvé l’honneur de l’Europe des nations. Sans surprise, la France d’Emmanuel Macron s’est quant à elle soumise, avec l’Union européenne, au diktat migratoire de l’Assemblée parlementaire de l’Union pour la Méditerranée, ce qu’au nom de la délégation RN je condamne avec force !

Importation de soja américain : un mauvais coup supplémentaire pour nos filières céréalières

Importation de soja américain : un mauvais coup supplémentaire pour nos filières céréalières

Nicolas Hulot, avant de quitter son ministère, avait autorisé l’importation d’huile de palme. Ce qui en dit long sur les impostures de ce faux écologiste et véritable affairiste.

En juin 2018, la président de la Commission européenne, de son propre chef, a décidé l’ouverture massive des pays de l’Union européenne au soja en provenance des Etats-Unis : ainsi, entre juillet et décembre 2018, celles-ci ont augmenté de 118%!

La Commission européenne s’apprête également à autoriser l’utilisation des graines de soja dans les biocarburants.

Alors que, dans le même temps, la filière colza, dans notre pays, se trouve en grande difficulté.

Il est grand temps d’en finir avec ces politiques mondialistes de Bruxelles nuisibles à nos agriculteurs et à notre souveraineté agro-alimentaire.

Accord UE-Singapour : « Le Commerce n’a pas d’ennemi »

Accord UE-Singapour : « Le Commerce n’a pas d’ennemi »

Pour les technocrates de la Commission européenne, « le commerce n’a pas d’ennemi ». Ce credo justifie tous les abus, comme le dernier accord entre l’UE et Singapour qu’ont pourtant voté, ce 13 février au Parlement européen à Strasbourg, les députés de droite comme de gauche.

Ce traité avec Singapour, véritable entrepôt et carrefour du commerce international, ouvrira grand les portes vers l’Europe aux marchandises d’Asie, du Pacifique et d’Amérique du Nord qui mettront résolument en péril notre économie.

Cet accord est aussi dangereux pour les consommateurs français et européens puisque Singapour ne reconnaît pas une grande partie des normes européennes !

Quant aux « valeurs » de l’UE (liberté de la presse, droits de l’Homme…), elles s’arrêtent là où les intérêts financiers des multinationales commencent.
Le fait que Singapour soit dans le peloton de tête de la liste grise des paradis fiscaux ne dérange pas non plus la Commission : le commerce n’a pas d’ennemi !

Cette politique ultralibérale du profit et de chicanes procédurières dans laquelle persiste l’UE, ne profite ni à la France ni à l’Europe, mais aux multinationales. Les peuples n’en veulent plus.
Ils entendent décider de ce qui entre sur leur territoire et de ce qui finit sur les étals de leurs marchés ou dans leurs assiettes.

Ils sont déterminés à se défendre contre cette polit

Pêche électrique : c’est le moment de dire stop !

Pêche électrique : c’est le moment de dire stop !

Communiqué de la délégation RN du Parlement européen

Le Conseil, la Commission et le Parlement européens ont entamé ce 13 février une réunion de trilogue pour examiner s’il faut interdire immédiatement la « pêche électrique ».

Cette pêche, qui consiste à électriser les poissons, a l’immense inconvénient de détruire tous les organismes marins, et pas seulement les soles qui sont sa cible privilégiée. Elle a malgré tout été autorisée par la Commission en 2007, mais à titre expérimental et uniquement en mer du Nord.

Concrètement, seuls les Pays-Bas ont bénéficié de cette autorisation, et uniquement pour 14 bateaux. Mais ils ont excédé cette limite en laissant 84 bateaux pratiquer la pêche électrique.

Cette situation a provoqué la destruction des stocks de poissons, et mis en péril l’activité des artisans pêcheurs français, belges et anglais de la mer du Nord. C’est pourquoi le Parlement européen a voté, le 16 janvier 2018, une résolution exigeant la fin immédiate de la pêche électrique.

La délégation RN a soutenu cette résolution pour défendre nos artisans pêcheurs et la richesse écologique de la mer du Nord. Elle demande aujourd’hui fermement aux trois institutions européennes de respecter le vote du 16 janvier 2018, de résister à la tentation de prolonger de trois ans l’autorisation de pratiquer la pêche électrique, et d’interdire cette pêche dès le 31 juillet 2019.

Chômage : les créations d’emplois ont été divisées par 3 en 2018 !

Chômage : les créations d’emplois ont été divisées par 3 en 2018 !

« Seulement 100.000 nouveaux postes ont été créés l’an dernier en France » (1), contre 300 000 en 2017… M. Macron aurait-il menti ?
Avec 9.1% de chômage (2), Macron est un cancre, loin derrière les pays de l’Ouest (3) avec nos amis allemands (3.4%) et britanniques (4%), de l’Est avec nos amis hongrois (3.7%) et estoniens (5.3%) ou encore du nord avec nos voisins norvégiens (4%). Pire, nous sommes loin des moyennes du G7 (4.5%), de l’OCDE (5.2%) et de l’Union européenne (6.6%) !

La direction de Pôle emploi ose dire : « c’est un sentiment de fierté qui nous anime tous ! » (4).
Qu’elle aille le dire aux 5 605 000 Français (catégories A, B et C) qui recherchent un emploi convenable… (5) Pire, selon la Tribune (Hebdomadaire économique), « les questions de l’emploi et du chômage n’ont pas été retenues parmi les quatre grands thèmes sélectionnés par le gouvernement » (6).

Les solutions ne sont évidemment pas celles envisagées il y a un mois par le Gouvernement (augmenter les prérogatives de contrôle et baisser les effectifs de Pôle Emploi de 7 % d’ici 2022 !). Les fonds investis pour le contrôle doivent servir à l’investissement, à la relance économique et la recherche d’emplois convenables. Les salariés de Pôle emploi doivent également être formés, ils en font eux-mêmes la demande. En effet, le sujet du chômage est aussi complexe que diversifié : formations, compétences, numérisation et robotisation, désertification des zones rurales, etc.

(1) https://www.rtl.fr/actu/conso/les-creations-d-emploi-ont-ete-divisees-par-3-en-2018-7796509424/amp

(2) https://stats.oecd.org/index.aspx?queryid=36324&lang=fr

(3) Merci le Brexit, il n’avait pas été aussi bas depuis la période de décembre 1974 à février 1975. https://www.zonebourse.com/actualite-bourse/GB-le-taux-de-chomage-baisse-a-4-0-malgre-des-creations-d-emplois-decevantes–27109862/

(4) http://m.leparisien.fr/amp/economie/emploi/a-pole-emploi-un-anniversaire-au-gout-amer-05-01-2019-7981242.php

(5) http://statistiques.pole-emploi.org/stmt/publication

(6) https://www.latribune.fr/economie/france/apres-l-euphorie-les-creations-d-emploi-ont-plonge-en-2018-de-67-806753.html