Remaniement : avec Macron l’agriculture sent la rose !

Remaniement : avec Macron l’agriculture sent la rose !

Après seulement 17 mois, Stéphane Travert quitte le ministère de l’Agriculture pour laisser sa place au très socialiste Didier Guillaume, dont on cherche toujours la relation avec l’agriculture française !

Conseiller politique sous Lionel Jospin, soutien de la première heure de Francois Hollande, directeur de campagne de Manuel Valls et pourtant officiellement retiré de la vie politique, le sénateur Guillaume a été promu à la tête du Ministère de la rue Vaugirard.

Nos députés au Parlement européen, Philippe Loiseau et Jacques Colombier, s’inquiètent de ce jeu de chaises musicales au sein du ministère de l’agriculture française, ceci en plein débat à Bruxelles sur la future réforme de la PAC.

Face à la menace de diminution du budget pour la PAC, prévue dans le prochain cadre financier pluriannuel de l’UE, le gouvernement d’E. Macron démontre, une fois encore, son peu de sérieux, son désintérêt pour le monde agricole et son absence de cap politique.

Le Parlement européen affiche sa propagande en vue des élections

Le Parlement européen affiche sa propagande en vue des élections

Tribune libre de Dominique Bilde.

Le Parlement européen a changé, pour cette rentrée, l’ensemble des affiches géantes disposées tout autour de l’esplanade qui précède l’entrée des visiteurs de son bâtiment annexe de Bruxelles. Les affiches précédentes étaient à la gloire de Simone Veil depuis son décès. Les nouvelles sont, pour le moins, surprenantes.

Pour les décrire succinctement, il s’agit d’une alternance de slogans et d’images les illustrant. Nous avons, ainsi, droit, notamment, aux affirmations suivantes (traduites ici en français) : parce que nous avons besoin de travailler ensemble pour sécuriser nos frontières ; parce que nous devons travailler ensemble pour faire face aux migrations ; parce que nous avons tous besoin de travailler ensemble pour vaincre le terrorisme.

L’on apprend, ainsi, que Bruxelles se chargerait de notre sécurité. On est heureux de l’apprendre puisque, jusqu’à présent, notre quotidien nous laissait plutôt à penser l’inverse. Étonnant, tout de même, que, dans le même temps – plus précisément lors de la plénière de septembre -, le Parlement s’attaque à la Hongrie parce que son gouvernement a, justement, sécurisé ses frontières pour lutter contre les migrations et, par voie de conséquence, a mis fin à un moyen d’infiltration des terroristes.

Autre slogan totalement hypocrite : parce que nous avons besoin de travailler ensemble pour protéger notre mode de vie. Faut-il rappeler que les traités de libre-échange, décidés sans le consentement des citoyens par la Commission, mettent justement à mal notre mode de vie ? Comment Bruxelles peut-elle prétendre le protéger alors même qu’elle est en train de le solder ?

Cet ensemble d’affiches n’est pas informatif. C’est tout simplement de la propagande. Ce n’est évidemment pas un hasard si, en dessous de chaque slogan, on trouve la mention du site internet thistimeiamvoting.eu (traduction : cette fois, je vote). L’Union européenne n’hésite pas à prêcher le faux pour nous faire voter. Elle ment effrontément en prétendant faire le contraire de ce qu’elle fait réellement.

Cette propagande manifeste a quelque chose de comique quand on sait qu’à moins de cinquante mètres, le musée du Parlement européen tient actuellement une exposition sur la propagande nazie. C’est une drôle de manière de tirer les leçons du passé.

Tout ceci ne serait pas inquiétant si la propagande n’était l’outil de prédilection pour orienter les votes avant une élection. Le linguiste Noam Chomsky avait pourtant prévenu :« La propagande est aux démocraties ce que la violence est aux dictatures. »

Pour la Commission européenne, des contrôles sporadiques aux frontières intérieures, c’est encore trop !

Pour la Commission européenne, des contrôles sporadiques aux frontières intérieures, c’est encore trop !

La Commission européenne a appelé vendredi à « mettre fin » à la prolongation des prétendus contrôles aux frontières à l’intérieur de l’espace Schengen. Visant particulièrement les six pays qui ont réintroduit à titre temporaire depuis 2015 des contrôles dans l’espace Schengen (la France, l’Allemagne, l’Autriche, le Danemark, la Suède, la Norvège), la Commission européenne préfère sacrifier la sécurité des peuples sur l’autel de la liberté de circulation.

Alors que la sécurité de nos nations est toujours menacée par le risque d’attentats djihadistes et que la criminalité prospère sur le laxisme frontalier, rappelons par ailleurs que les contrôles qui font l’objet de la condamnation de Bruxelles étaient jusqu’alors sporadiques et donc sans effectivité majeure.

Refusant d’assurer le moindre renforcement des contrôles aux frontières extérieures de l’Europe, l’Union européenne – par la voix de la Commission – souhaiterait donc aussi voir disparaître à nouveau tout contrôle des frontières intérieures, aussi minime soit-il. Il faut refuser le délire de l’ouverture totale des frontières, et tout au contraire maîtriser nos frontières – nationales et européennes – pour protéger nos peuples.

Loi alimentation de Macron : enfumage et perte de pouvoir d’achat !

Loi alimentation de Macron : enfumage et perte de pouvoir d’achat !

Alors que la loi alimentation, visant à mieux rémunérer les agriculteurs, vient d’être adoptée par l’Assemblée Nationale après plus d’un an et demi de discussions, celle-ci suscite déjà controverses et réticences !

En effet, le dispositif prévoyant l’encadrement des promotions et l’augmentation de 10% du seuil de revente à perte pour les distributeurs, aura pour seul effet d’augmenter les prix pour le consommateur, et donc les marges pour la grande distribution.

Alors qu’il aurait simplement fallu donner plus de poids au secteur agricole dans les négociations des prix de vente de leurs productions, le Ministre de l’agriculture tente de faire croire que cette nouvelle loi permettra, par un mystérieux ruissellement, de mieux rémunérer les producteurs !

Cette théorie est soit le fruit d’une profonde ignorance du fonctionnement de la grande distribution, soit le fruit d’une complaisance du pouvoir envers elle…

Encore une fois, agriculteurs et consommateurs seront les victimes de l’incompétence de nos gouvernants et de la politique ultralibérale de consommation, idolâtrée par le macronisme.

L’UE tourne le dos à Strasbourg !

L’UE tourne le dos à Strasbourg !

Communiqué de la délégation RN au Parlement européen

La délégation RN du groupe ENL condamne avec fermeté l’arrêt de la Cour de Justice de l’UE du 2 octobre 2018, qui donne raison au Parlement européen pour avoir voté une partie du budget européen 2017 à Bruxelles et non pas à Strasbourg.

Cet arrêt porte en effet une atteinte grave au statut de la ville de Strasbourg comme siège officiel du Parlement européen. Il souligne que la France est dépossédée par l’UE non seulement de son indépendance mais aussi de son rang dans le concert des nations européennes. Notre pays est entraîné dans un engrenage qu’il ne peut plus maîtriser.

Strasbourg est le symbole de la réconciliation européenne et de la libération de la France de l’occupation nazie. En tournant le dos à cette ville, l’UE montre qu’elle veut avancer vers une Europe supranationale avec une seule capitale à Bruxelles, ville des lobbies et de la toute puissante Commission non élue.

Je réitère ma totale confiance aux instances de mon mouvement, le Rassemblement National, pour que les forces nationales et souverainistes soient réunies pour le scrutin de 2019

Je réitère ma totale confiance aux instances de mon mouvement, le Rassemblement National, pour que les forces nationales et souverainistes soient réunies pour le scrutin de 2019

Dans une lettre ouverte publiée ce jour, j’ai souhaité exprimer mon soutien à la volonté de rassemblement dans le cadre des élections européennes que Nicolas Dupont-Aignan veut mettre en œuvre.

Cela correspond à la démarche du Rassemblement National et de Marine Le Pen qui avaient d’ailleurs fait des propositions précises pour parvenir à cet objectif.

Il ne s’agit en aucune manière d’un ralliement à une candidature ou à un parti politique mais correspond à ma volonté d’encourager des initiatives qui permettraient le rassemblement des nationaux.

Je réitère ma totale confiance aux instances de mon mouvement, le Rassemblement National, pour que les forces nationales et souverainistes soient réunies pour le scrutin de 2019.

Quelle que soit l’issue des discussions, je soutiendrai sans réserve la liste que le Rassemblement National présentera aux élections européennes.