Retour sur le déplacement de Christelle Lechevalier à la frontière italienne, zone d’arrivée de clandestins en France

Retour sur le déplacement de Christelle Lechevalier à la frontière italienne, zone d’arrivée de clandestins en France

Communiqué de Christelle Lechevalier, Député français membre du groupe ENL au Parlement européen :

L’afflux de migrants clandestins s’intensifiant aux frontières alpines de l’Italie, j’ai décidé de me rendre à Briançon et au Col de l’Échelle durant ces derniers jours afin de soutenir de nombreux habitants et commerçants excédés par cette situation.

Cette analyse au plus près des problématiques quotidiennes locales est essentielle à la compréhension de ce phénomène croissant pour le Député français au Parlement Européen que je suis et m’a ainsi permis de faire de nombreuses rencontres aussi utiles qu’enrichissantes :
Les riverains de Briançon et des alentours qui, malgré les mensonges répétés des politiques locaux, sont très inquiets de cette submersion migratoire et de ses conséquences néfastes ;
Les agents de la police aux frontières qui ne peuvent qu’assister, impuissants, à la traversée quotidienne de clandestins faute d’une réelle politique de protection territoriale interdite par Bruxelles ;
Les jeunes militants de « Defend Europe », présents depuis plusieurs semaines dans les Alpes, démontrent un engagement exemplaire pour préserver notre identité contre l’immigration incontrôlée ;
Et enfin, je suis allée à la rencontre de « migrants » afin de connaître leurs buts et motivations.
Ces derniers se prétendent tous réfugiés mineurs afin de profiter d’un accueil aux frais du contribuable français, mais j’ai pu constater qu’ils sont en réalité et pour la majorité majeurs. De plus ils viennent de pays d’Afrique de l’ouest vivant en paix. Ils ne sont pas réfugiés et n’ont donc aucune raison d’être accueillis sur le territoire français. Ils doivent être expulsés puisqu’ils ont le statut de clandestins !

Au Parlement Européen comme sur le terrain, je me bats quotidiennement pour préserver notre culture et nos valeurs civilisationnelles contre la globalisation et le déracinement des peuples, pour une Europe des Nations et des Libertés.

J’apporte tout mon soutien aux habitants frontaliers, aux forces de l’ordre dépêchées sur place ainsi qu’à cette jeunesse militante dans leur lutte contre cette immigration anarchique qui met en péril notre identité.

Concurrence déloyale : La goutte d’huile de palme qui fait déborder le vase

Concurrence déloyale : La goutte d’huile de palme qui fait déborder le vase

À la raffinerie de Gonfreville l’Orcher près du Havre, comme dans les autres raffineries ou dépôts de carburant de France, les agriculteurs dénoncent l’autorisation du gouvernement d’importer 300.000 tonnes d’huile de palme indonésienne visant à alimenter la raffinerie Total de La Mede pour produire du bio-carburant.

Alors que nos agriculteurs sont soumis à des normes sociales, salariales et environnementales toujours plus contraignantes pour une montée en gamme des produits français, nos dirigeants permettent en parallèle une concurrence déloyale en important des produits qui ne respectent aucune de ces normes. Cette décision met gravement en danger la production française d’huile de colza et de tournesol qui alimente grâce aux usines de trituration la filière bio-diesel.

Face à cette mise à mort programmée, nous demandons au gouvernement de renoncer à l’importation d’huile de palme.

Nous rappelons notre volonté de rétablir un protectionnisme économique, seul moyen de préserver nos exploitations déjà lourdement menacées et mises à mal par les traités de libres échanges imposés par Bruxelles, tels que le CETA, ou bientôt les accords commerciaux avec le MERCOSUR.