La Commission européenne lève les taxes sur le solaire chinois, au risque d’éclipser notre industrie

La Commission européenne lève les taxes sur le solaire chinois, au risque d’éclipser notre industrie

Depuis ce mardi, les taxes européennes antidumping sur les importations de panneaux solaires, de cellules et de wafers chinois, mises en place en 2013 ont été levées.

Durant 5 ans, les producteurs chinois étaient soumis à des taxes allant jusqu’à 65% s’ils commercialisaient des produits à un prix inférieur à un prix plancher évolutif. Cette mesure protégeait en partie les producteurs européens de la concurrence déloyale chinoise dans un secteur hautement stratégique, duquel de nombreux fabricants européens ont déjà disparu ces dernières années.

La Commission européenne n’a malheureusement pas tenu compte de la demande, de l’industrie manufacturière solaire européenne, de prolongation de ces mesures. À l’inverse de l’Europe, les États-Unis ont imposé de nouvelles taxes sur les panneaux chinois et l’Inde s’apprête à en faire autant.

En tant qu’élue Rassemblement National dans la commission énergie au Parlement européen, Christelle Lechevalier regrette cette décision. Cet affaissement de nos barrières douanières menace nos savoir-faire industriels et nos emplois dans un domaine stratégique.

Christelle Lechevalier attire également l’attention sur le risque que fait peser cette transition énergétique à marche forcée sur la balance commerciale française. Rappelons que 1 MW/h issu du nucléaire français entraine 1 à 2 euros d’importations et 1 MW/h issu du solaire ou de l’éolien 20 à 30 euros, avant même la suppression de ces taxes !

Bruxelles vend notre indépendance énergétique aux Américains

Bruxelles vend notre indépendance énergétique aux Américains

Ce matin, sur le réseau social Twitter, Donald Trump, Président des États-Unis d’Amérique, a annoncé que l’Union européenne souhaitait lui « acheter de grandes quantités de GNL (Gaz Naturel Liquéfié) ».

En tant que membre de la commission Énergie au Parlement européen, je tiens à dénoncer deux points très graves que souligne cette déclaration. D’abord, cela signifie que notre dépendance commerciale vis-à-vis des Américains va être accentuée. Ensuite cela signifie que nous nous rendons dépendants de cette énergie fossile issue de l’extraction du gaz de schiste.

Tout cela va dans le sens des « écologistes » autoproclamés qui triomphent à Bruxelles. Ces derniers rendent les États dépendants des énergies fossiles, par leurs décisions d’imposer des quotas d’éoliennes toujours plus contraignants aux États au détriment d’un mix énergétique décarboné.

Cette Union européenne doit cesser sa soumission au libre-échange effréné, sa vassalisation aux États-Unis et son dogmatisme sur les énergies intermittentes et l’éolien.