La SNCF, victime du zèle de Macron à obéir à l’UE

Communiqué de la Délégation FN/RBM au Parlement européen

La grève subie par des millions d’usagers et de salariés français est la conséquence de la transposition d’une directive européenne dans la Loi nationale, que le gouvernement d’Emmanuel Macron – européiste zélé à l’extrême – se fait fort d’appliquer à la lettre pour répondre aux exigences de déstructuration de Bruxelles.

Cette directive portant sur les transports ferroviaires découle de la volonté explicite de l’Union européenne d’ouvrir à la concurrence l’ensemble du rail et de privatiser les lignes rentables, faisant fi des besoins des usagers et des réalités structurelles propres aux services publics de chaque Etat membre.

Cette obsession de la privatisation, les députés français du groupe ENL l’ont dénoncée lors du vote à Bruxelles du « paquet ferroviaire ». Le coup de grâce porté à nos transports publics ferroviaires sera définitivement acté par l’Assemblée nationale le 17 avril prochain, sans les voix des députés Front National, eux aussi convaincus que la nécessaire modernisation de notre réseau ferré doit s’effectuer dans le respect du service public et non contre lui.

Recommended Posts