Sur la rage canine et le transport d’animaux domestiques à l’intérieur de l’Union européenne

Selon une étude en date du 16 avril 2015 commandée par l’Alliance globale pour le contrôle et la prévention de la rage, la rage serait à l’origine de 59 000 décès chaque année dans le monde, ce qui correspond à une perte économique estimé de 8.6 milliards de dollars par an.

Cette pathologie, causée dans 99 % des cas par les chiens, a été éradiquée de la plupart des États européens, mais des prévalences endémiques persistent dans certains États d’Europe orientale.

L’harmonisation des règlements de l’Union européenne et de l’Espace économique européen, entrée en vigueur le 1er juin 2012, concernant les mouvements des animaux (chats, furets et chiens) a conduit à la suppression de l’exigence de tests sanguins sur lesdits animaux domestiques, au profit d’un certificat de vaccination à jour. Or, une étude de l’Institut Vétérinaire de Norvège en date du 27 juin 2015 menée sur 75 chiens dotés de certificats de vaccination en provenance d’États membres d’Europe orientale a mis en évidence qu’entre 53 % et 95 % de ces chiens présentaient des niveaux d’anticorps inadéquats.

La Commission entend-elle prendre en compte les conclusions scientifiques précitées pour modifier les exigences relatives au transport d’animaux domestiques à l’intérieur de l’Union européenne ou de l’Espace économique européen ?

Recent Posts