En juillet 2016, la Haute représentante de l’Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité (« Haute représentante ») a assisté à la convention démocrate en vue de l’élection présidentielle américaine. Citée par le New York Times (29/07/2016), elle exprimait particulièrement son soutien à Hillary Clinton.

Le 2 novembre 2017, l’ex-présidente par intérim du Comité national démocrate (« DNC ») a révélé l’existence de deux accords liant de comité de campagne d’Hillary Clinton et le DNC dès 2015. Le memorandum d’entente conférait à la candidate un droit de regard sur certaines décisions stratégiques, garantissant sa victoire contre Bernard Sanders.

Ces révélations confortent les spéculations entretenues depuis la divulgation par Wikileaks d’e-mails de membre du DNC en 2016. Le Président américain a d’ailleurs affirmé le 3 novembre 2017 que les primaires démocrates avaient été manipulées (« rigged ») en faveur d’Hillary Clinton.

1. Lors de sa participation la Convention susvisée, la Haute représentante était-elle informée des accords entre Hillary Clinton et le DNC entâchant la légitimité de ce scrutin ?

2. La Haute représentante, censée représenter les intérêts des États membres de façon impartiale, n’estime-t-telle pas inopportune son ingérence dans l’élection présidentielle américaine par son soutien à Hillary Clinton ?

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts