Editorial de Gilles Lebreton, Chef de la délégation française des élus ENL paru sur « La lettre de la Délégation française » du 14 février 2019 :

Pour recevoir les lettres de la délégation : cliquez ici

Il y a une semaine, Emmanuel Macron, qui a de plus en plus des allures de roi immature , cynique et capricieux, décidait de rappeler l’ambassadeur de France à Rome. Un geste insensé et scandaleux, du jamais vu en Europe depuis 1945.

Durant la présente session à Strasbourg, le Premier ministre italien, Giuseppe Conte, représentant d’une coalition rassemblant le plus grand nombre de suffrages en Italie depuis 1945, a reçu un accueil indigne de la part des parlementaires issus de l’axe européiste GUE (extrême-gauche), Verts, SD (socialistes), ALDE (centristes), PPE (droite dominée par la CDU de Merkel, où siègent LR). Preuve que cette omerta était un coup prémédité, Jean-Claude Juncker, président de la Commission, n’était pas présent pour l’écouter, contrairement à tous les usages.

Pour nous, il est impensable de mettre à l’index le peuple italien et son gouvernement où siègent Matteo Salvini et nos amis de la Ligue.

 

Gilles Lebreton
Chef de la Délégation Française

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts