Vos impôts financent l’industrie de défense américaine !
Dans un contexte où nos entreprises souffrent d’importantes réductions budgétaires(1), il est inadmissible d’acheter à l’étranger(2) ce que nous pouvons acheter en France. Aujourd’hui, c’est le patron de Dassault, Eric Trappier, qui en fait le triste constat.

La règle d’or « dans l’Europe dite Union Européenne », a déploré M. Trappier, « c’est j’achète américain »(3) ! Après avoir dénoncé l’achat des avions de combat américain F-35, il a dénoncé le rôle de l’OTAN et plus particulièrement de son Secrétaire général, Jens Stoltenberg, qui a appelé les Européens à ne pas créer de force européenne susceptible d’affaiblir l’OTAN… Quelle honte !

Rappelons que ces achats se répercutent violemment sur notre industrie de la défense qui perd des millions d’euros et des milliers d’emplois. Pire encore, il y a parfois des simulacres d’appels d’offres. Ces derniers sont simulés, en l’occurrence, « une fois le choix F-35 effectué ».
Une seule solution : la préférence nationale ou tout du moins européenne pour les contrats de défense !

(1) Les entreprises du secteur me l’expliquaient au Salon Milipol-Paris. https://dominique-martin.com/deputes-fn-presents-salon-milipol/

(2) C’était déjà le cas au sein de l’Union européenne pour 14 milliards de dollars. Le gouvernement roumain a acheté des missiles américains pour 4 milliards de dollars, et le gouvernement polonais pour 10 milliards de dollars, ces deux pays profitant respectivement d’environ 4 et 10 milliards d’euros, par an, de contributions nettes de l’Union européenne.
https://dominique-martin.com/fonds-europeens-utilises-contre-400-000-travailleurs-secteur-de-defense-france/

(3) Challenges, https://www.challenges.fr/entreprise/defense/f-35-rafale-en-belgique-otan-les-scuds-du-patron-de-dassault_572241

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts