Moins d’un an après le mouvement de grève des surveillants pénitentiaires suite aux nombreuses agressions par des détenus armés, rien n’a été fait par l’État pour améliorer la sécurité en milieu carcéral.

Pour preuve, ce dimanche 2 décembre, trois surveillants de la prison de Val-de-Reuil dans l’Eure ont été blessés par un détenu armé d’un couteau dont la provenance reste mystérieuse. Cette énième agression vient de nouveau démontrer l’abandon total de l’État à l’égard d’une profession essentielle à l’ordre public qui ne bénéficie pas des moyens nécessaires à son exercice.

La gestion pénitentiaire française souffre depuis trop longtemps d’un laxisme imposé par l’Union Européenne et dicté conjointement avec la CEDH (cour européenne des droits de l’homme) qui place le confort des détenus au-dessus de la considération des victimes. Il est temps de lancer un grand moratoire sur la Prison en France afin de faire cesser cette situation injuste et dangereuse.
Surveillants et établissements pénitentiaires doivent bénéficier d’un renforcement de leur sécurité intérieure.

Il est nécessaire d’équiper les agents de pistolets à impulsion électrique, de refuser toute livraison extérieure sans examens minutieux préventifs, et de revenir aux fouilles à nu arbitraires.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts