Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

Luc Ferry, ancien ministre de l’Education nationale, a déclaré le 18 mai 2015 sur la chaîne I-Tele : « Les guerres de Vendée, c’est le premier grand génocide dans l’Histoire de l’Europe, il y eu 500.000 morts ». La recherche historique récente démontre désormais que la Révolution française avait inventé “le terrorisme d’État” par le biais de la Terreur. L’écrivain Patrick Buisson a également expliqué voir un “rapport évident” entre cette dernière et le terrorisme actuel, notamment à travers l’islamisme radical : « on n’a pas attendu 2016 en France pour égorger ».

Aujourd’hui la mémoire des actes terroristes de Vendée ne semble pas recevoir l’attention de l’observatoire européen des mémoires ni des autres organisations soutenues par la Commission : aucun projet sélectionné ne concernait la mémoire du génocide vendéen en 2014, 2015, 2016 ou 2017.

La Commission va-t-elle supporter l’intégration du génocide vendéen dans la mémoire européenne et plus largement dans la critique du terrorisme d’État : de la vendée aux dictatures nazies et communistes ?

Réponse donnée par M. Avramopoulos au nom de la Commission européenne (21.11.2018)

Le volet «travail de mémoire» du programme «L’Europe pour les citoyens» soutient des activités invitant à la réflexion sur la diversité culturelle européenne et sur des valeurs communes. Il finance des projets visant à réfléchir sur les origines des régimes totalitaires de l’histoire européenne contemporaine (notamment mais pas exclusivement le nazisme, qui a conduit à l’Holocauste, le fascisme, le stalinisme et les régimes communistes totalitaires) et à commémorer les victimes des crimes commis par ces derniers. Ce volet englobe également des activités concernant d’autres jalons et points de référence de l’histoire récente de l’Europe. La préférence est donnée aux projets visant à encourager la tolérance, la compréhension mutuelle, le dialogue interculturel et la réconciliation.

L’observatoire européen des mémoires a reçu, sur la base de ses activités, lesquelles répondent aux objectifs et priorités du programme «L’Europe pour les citoyens», une subvention de fonctionnement au titre du volet «mémoire» dudit programme.

Tous les projets relevant du programme «L’Europe pour les citoyens», ainsi que toutes les subventions octroyées par la Commission, reflètent les points de vue des organisateurs et des participants. La Commission ne s’y associe pas et ne peut être tenue responsable des idées exprimées au cours de leur mise en œuvre.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts