Sur la lutte contre le bio-terrorisme

Le bioterrorisme consiste en l’utilisation, ou la menace d’utilisation, de virus, de bactéries, de champignons, de toxines ou de micro-organismes dans le but de provoquer intentionnellement une maladie ou le décès d’êtres humains, d’animaux ou de plantes, sans déclaration de guerre officielle, ni même la nécessité que l’agresseur soit un État.

De nombreux spécialistes font état de la possibilité future d’une utilisation d’armes bactériologiques par des terroristes. Un expert en menace NRBC indique que «les outils modernes de génie génétique facilitent la manipulation d’agents pathogènes, de manière beaucoup plus simple et accessible que dans le passé».

Les tentatives actuelles démasquées, notamment de la part d’Al-Qaïda, ont été ridicules techniquement mais des précautions sont à prendre pour se préparer économiquement, sécuritairement et médicalement à une éventuelle pandémie mondiale.

La Commission prend-t-elle déjà des mesures pour lutter et prévenir le bioterrorisme et ses effets? Si oui lesquelles?

À contrario, envisage-t-elle la mise en place d’un plan de lutte et de prévention?

Recent Posts