Nous voici à quelques jours de la sortie programmée de la Grande-Bretagne de l’UE. Faute d’accord les Britanniques demeurent dans l’incertitude concernant leur avenir. Rien d’étonnant puisque ni Monsieur Barnier pour l’UE, ni Madame May pour le Royaume-Uni n’étaient favorables au BREXIT. Ils privent donc aujourd’hui les Britanniques d’une sortie honorable, responsable et bénéfique pour les deux parties.

La pêche française, notamment celle de la région Picardie Nord Pas de Calais, est directement menacée par ce statu quo et risque de souffrir terriblement de l’irresponsabilité de la Commission européenne et d’un BREXIT sans accord désormais plus que probable. Nos pêcheurs risquent de se retrouver privés de l’accès aux eaux britanniques qui concentrent 75% des volumes totaux des poissons pêchés.

Autrement dit, une interdiction d’accès aux eaux territoriales britanniques porterait un coup mortel à notre pêche régionale et nationale.

Pour pallier la rigidité dogmatique des institutions européennes dans leurs rapports tendus avec la Grande-Bretagne, un accord assurant l’accès réciproque aux eaux territoriales entre l’UE et le Royaume-Uni, même dans le cas d’un « No-Deal », a été soumis au vote du Parlement européen ce jour.

Les députés français du Rassemblement National ont évidemment voté en faveur d’une continuité des accords de pêche pour sauver nos pêcheurs d’une mort subite automatique.

Nos pêcheurs ne doivent pas être des victimes collatérales de l’incompétence et du dogmatisme de technocrates bruxellois en pleine névrose face à une reprise en main par les peuples de leur destin.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts