Question de Dominique Martin (ENF) à la Commission européenne.

D’après son plan de gestion des ressources humaines, la Commission a pour objectif en 2018 que 40% de ses employés soient satisfait de la manière dont la Commission se préoccupe de leur santé. Pire, cet indicateur concernerait les employés de retour au travail après un arrêt maladie, en situation de grande fragilité.

Pourquoi la Commission se satisferait d’une situation où 2/3 de ses employés auraient la conviction que leur santé importe peu ?

Comment les citoyens européens peuvent croire au soi-disant pilier social européen si leur santé n’est plus une pierre d’angle de la construction européenne ?

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts