Interdire les cigarettes à l’écran : une idée absurde, infantilisante, intrusive et liberticide

L’idée d’interdire le tabac au cinéma, au nom d’un hygiénisme fanatique, est absurde, infantilisante, intrusive, disproportionnée et contraire à la liberté artistique.

Pourtant, lors d’un débat au Sénat français relatif à une énième hausse du paquet de cigarettes, le 16 novembre dernier, une sénatrice socialiste s’est plainte : le cinéma incite scandaleusement à fumer. Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a immédiatement indiqué vouloir “dé-normaliser l’usage du tabac dans les réseaux sociaux et le cinéma”, laissant ainsi planer le doute sur une possible interdiction des cigarettes à l’écran.

Dans un même esprit moralisateur, il conviendrait de censurer les comportements “déviants” visibles dans quantité de films : non-respect des limites de vitesse, bagarres, vols et autres crimes et délits. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin. Il faudrait également bannir les propos misogynes, les plats non-diététiques, l’alcool, les voitures polluantes et, tant qu’on y est, prohiber les dialogues cultes d’Audiard…

Réagissant à la polémique, Anca Paduraru, porte-parole de la Commission européenne, a déclaré que “la Commission salue toutes les mesures prises par les pays européens pour rendre la cigarette moins glamour, et donc réduire la consommation, notamment chez les jeunes”. (Euractiv, 21/11/2017)

La Commission est-elle officiellement favorable à l’interdiction des cigarettes à l’écran ?

Recent Posts