L’idée d’interdire le tabac au cinéma, au nom d’un hygiénisme fanatique, est absurde, infantilisante, intrusive, disproportionnée et contraire à la liberté artistique.

Pourtant, lors d’un débat au Sénat français relatif à une énième hausse du paquet de cigarettes, le 16 novembre dernier, une sénatrice socialiste s’est plainte : le cinéma incite scandaleusement à fumer. Agnès Buzyn, ministre de la Santé, a immédiatement indiqué vouloir “dé-normaliser l’usage du tabac dans les réseaux sociaux et le cinéma”, laissant ainsi planer le doute sur une possible interdiction des cigarettes à l’écran.

Dans un même esprit moralisateur, il conviendrait de censurer les comportements “déviants” visibles dans quantité de films : non-respect des limites de vitesse, bagarres, vols et autres crimes et délits. Mais pourquoi s’arrêter en si bon chemin. Il faudrait également bannir les propos misogynes, les plats non-diététiques, l’alcool, les voitures polluantes et, tant qu’on y est, prohiber les dialogues cultes d’Audiard…

Réagissant à la polémique, Anca Paduraru, porte-parole de la Commission européenne, a déclaré que “la Commission salue toutes les mesures prises par les pays européens pour rendre la cigarette moins glamour, et donc réduire la consommation, notamment chez les jeunes”. (Euractiv, 21/11/2017)

La Commission est-elle officiellement favorable à l’interdiction des cigarettes à l’écran ?

Réponse donnée le 23 janvier 2018 par M. Andriukaitis au nom de la Commission

Le problème du tabagisme au cinéma représente en effet une source d’inquiétude du point de vue de la santé publique. Certaines des études financées par la Commission dans le passé(1) montrent, par exemple, qu’au sein de l’UE l’exposition des jeunes au tabagisme au cinéma est beaucoup plus élevée par rapport à la même tranche d’âge aux États-Unis. C’est pourquoi, comme la Commission l’a souligné dans sa réponse à la question écrite E‐000981/2016, la publicité pour le tabac dans les films est interdite au niveau européen par la directive sur les services de médias audiovisuels(2). Cette directive interdit également le placement de produits du tabac dans les films et le parrainage par des entreprises qui ont pour activité principale la fabrication ou la vente de cigarettes et d’autres produits du tabac.

De plus, la Commission soutient la recommandation du Conseil relative à la prévention du tabagisme et à des initiatives visant à renforcer la lutte antitabac(3). Cette recommandation invite les États membres à continuer d’interdire toutes les publicités dans les cinémas ainsi que toutes les pratiques qui promeuvent directement ou indirectement des produits à base de tabac. Cependant, la représentation effective du tabagisme au cinéma n’est pas réglementée au niveau de l’UE.

(1) Par exemple, une étude de 2011, financée par la Commission au titre de son programme de santé publique intitulée «Smoking in Films» (le tabagisme au cinéma (http://thorax.bmj.com/content/66/10/875.full).
(2) Directive 2010/13/UE du Parlement européen et du Conseil du 10 mars 2010 visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à la fourniture de services de médias audiovisuels (JO L 95 du 15.4.2010, p. 1).
(3) Recommandation 2003/54/CE du Conseil du 2 décembre 2002 relative à la prévention du tabagisme et à des initiatives visant à renforcer la lutte antitabac (JO L 22 du 25.1.2003, p. 31).

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts