Industrie : réengager l’État dans une stratégie claire !

Alors que le spécialiste des Énergies Marines renouvelables (EMR), Naval Energies, s’apprête à supprimer 100 emplois, son entreprise OpenHydro, qui doit ouvrir ses portes à Cherbourg en 2018, semble fragilisée.

Le ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, n’a pas vraiment fait preuve de solidarité envers les entreprises de la filière hydrolienne en abandonnant ce thème lors des dernières Assises de la mer au Havre.

Si, avant les fêtes de Noël, il est de mise de faire croire qu’il n’y aura pas de suppression d’emplois et que tout va bien, l’usine OpenHydro aura quand même beaucoup de mal à démarrer son activité, à cause des changements de politique du gouvernement qui se fiche des salariés, toujours relégués à l’arrière-plan.
Ces dernières années, on a malheureusement pris l’habitude des changements de caps ministériels et encore plus des hésitations dans le domaine écologique, domaine dans lequel la recherche et le pragmatisme font plutôt place à l’idéologie.

Le jeu très peu clair du gouvernement a un impact négatif sur notre industrie ; et pourtant la politique industrielle devrait être une priorité, car c’est elle qui façonne notre pays et construit une base solide à l’économie réelle.

Je dénonce la mise en place d’une écologie punitive et idéologisée, insufflée par les Verts et leurs alliés socialistes, qui cherchent à imposer leur idéologie sans prendre en compte les conséquences à leurs allégations irresponsables.

En commission Industrie, Transport et Recherche au Parlement européen, je défends les intérêts de la France, pour que nous puissions retrouver les moyens de développer une véritable stratégie de réindustrialisation, en empêchant la Commission européenne de prendre toujours plus le pas sur notre souveraineté économique.

Recent Posts