Dans un communiqué de presse, la Commission européenne se félicite des « progrès accomplis » au niveau de son agenda en matière de migrations. Peut-on vraiment parler de progrès lorsque ce même communiqué admet qu’au moins 205 000 clandestins — chiffre par nature imprécis et certainement sous-évalué — sont entrés en Europe en 2017 ? Ou bien lorsque près de 700 000 demandes d’asile ont été déposées la même année, alors qu’il est désormais notoire qu’il s’agit d’une filière d’immigration principalement économique ?

Le comble est atteint au sujet des retours au pays d’origine. La Commission est fière d’annoncer un chiffre ridiculement faible : à peine 15 000 expulsions de clandestins sur toute l’année ! Rappelons qu’en France, d’après la Cour des comptes, 96% des déboutés du droit d’asile ne sont pas renvoyés chez eux.

Il est grand temps de ne plus compter sur Bruxelles pour faire face à la submersion migratoire. Seules des nations aux frontières effectivement contrôlées et protégées peuvent mettre un terme à l’immigration illégale et renvoyer chez eux les centaines de milliers de clandestins présents dans les pays européens !

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts