Le Parlement européen votera, ce mercredi 17 avril, le nouveau règlement de l’agence Frontex. Sous couvert de répondre à la crise migratoire qui submerge l’Europe, la Commission de Bruxelles veut doter Frontex de nouvelles prérogatives. Prétendant la renforcer et lui permettre de mieux lutter contre l’immigration illégale, l’UE va en réalité mettre Frontex sous sa coupe. L’agence ne sera plus en appui mais se substituera aux États, posant un grave problème de souveraineté.

Ce règlement prétend également faciliter le retour des migrants mais, en pratique, le cadre juridique mis en place avec notamment des « officiers chargés des droits fondamentaux » aboutira à trouver toutes sortes de motifs pour ne pas expulser les clandestins. D’ailleurs, ce rapport ne parle plus d’immigration illégale mais d’immigration irrégulière. On voit déjà les premiers effets, au moins dans la sémantique, du Pacte de Marrakech qui installe le droit à la migration comme un véritable droit de l’homme !

Le principe de hotspots, c’est-à-dire de centres chargés d’instruire les demandes d’asile dans les pays tiers, est sans surprise abandonné. Il est même prévu que les États soient obligés de proposer aux clandestins en instance de retour des alternatives à la détention ! Bref, on crée toutes les conditions pour qu’ils puissent s’évanouir dans la nature dès qu’ils auront posé le pied sur le sol européen.

Enfin, tout le dispositif d’aide en méditerranée facilite les traversées et engraisse donc les mafias et les passeurs. Pour réduire le nombre de morts en Méditerranée, il faut au contraire mener une politique migratoire très ferme, comme le fait avec succès depuis un an Matteo Salvini en Italie.

Avec nos alliés italiens de la Lega, nous voterons donc contre ce nouveau règlement. Nos adversaires veulent une agence Frontex au service des migrants et entre les mains de la Commission. Nous voulons qu’elle soit au service des Européens et des nations !

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts