Editorial de Nicolas Bay, co-président du groupe ENL, paru dans « La lettre du Groupe Europe des Nations et des Libertés » du 4 février 2019. Pour recevoir les lettres du groupe : cliquez ici

Lors de la « mini-session plénière » du Parlement européen organisée à Bruxelles les 30 et 31 janvier, les eurocrates nous ont infligé un énième débat sur la situation de l’état de droit en Hongrie.

C’est devenu une sorte de rituel où des députés en mal de reconnaissance essaient de se distinguer en rivalisant d’envolées tragico-lyriques contre le gouvernement hongrois de Viktor Orbán. Avec des trémolos dans la voix, les eurocrates condamnent la démocratie hongroise.

« On ne remet pas en cause impunément les dogmes de l’Union européennes » disent en substance ces députés qui multiplient les oukases et fatwas contre les dirigeants d’États membres qui préfèrent écouter leurs peuples plutôt que les bureaucrates non élus de Bruxelles.

Pourtant, en matière d’indépendance de la Justice, de pluralité dans les médias ou dans les assemblées d’élus, la France est-elle vraiment en situation de donner des leçons à la Hongrie ? Et qu’attend donc la Commission pour se pencher sur la façon dont Macron et son gouvernement répriment les manifestations des Gilets Jaunes ? Combien de gardes à vue préventives ? Combien de manifestants gravement blessés par un usage disproportionné de la violence légale ?

Ne parvenant pas à faire plier le gouvernement hongrois, les eurocrates ont décidé de restreindre les droits des parlementaires européens. Ainsi, jeudi 31 janvier, on a nous a fait voter des modifications du règlement du Parlement européen demandées par un socialiste britannique. Ce texte porte gravement atteinte à la liberté d’expression puisqu’il réclame de lourdes sanctions pour « tout propos offensant » tenu dans l’hémicycle, ce qui ouvre la porte à l’arbitraire le plus total dans le but de punir tout propos en rupture avec la doxa bruxelloise. Or un député qu’on fait taire, ce sont des citoyens qu’on bâillonne.

Nicolas Bay
Co-Président du groupe Europe des Nations et des Libertés

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts