La délocalisation de Whirlpool en Pologne

Implantée à Amiens depuis 1990, la société d’électroménager Whirlpool prétexte une baisse de sa rentabilité pour annoncer en janvier 2017 la fermeture et la délocalisation vers la Pologne de son site industriel. Cette décision entrainera le licenciement de 290 salariés et le revoi de 250 intérimaires auxquels il faut ajouter une centaine d’emplois indirectement menacés parmi les sous-traitants notamment chez Prima. Certes, le site sera probablement réaffecté et réindustrialisé par la société WN avec à la clé une promesse d’embauche de 277 salariés. Néanmoins, il serait intolérable que la Commission européenne fasse preuve d’indulgence à l’égard d’une société étrangère qui aurait bénéficié de fonds européens pour financer la délocalisation de son site dans un autre État membre de l’Union.

  1.  À combien s’élève le montant des fonds européens perçus par Whirlpool depuis que la société dispose d’un site à Amiens ?
  2. La Commission européenne compte-elle récupérer les fonds européens versés à Whirlpool dans la mesure où le cadre réglementaire européen interdit toute utilisation des fonds européens pour financer une délocalisation d’activité ?
  3. La Commission européenne va-t-elle mobiliser le Fonds européen d’ajustement à la mondialisation en faveur de la reconversion des salariés licenciés par Whirlpool ?
Recent Posts