Sur le déclin des populations d’hirondelles

Depuis 1989, les hirondelles qui migrent d’Afrique pour nicher en France sont de moins en moins nombreuses. On dénombre deux types d’hirondelles: les «hirondelles rustiques» et les «hirondelles de fenêtre».

Depuis le premier comptage français de ces espèces de passereaux en 1989, l’hirondelle de fenêtre a diminué de 39 % et la rustique de 42 %. Cette dernière est d’ailleurs classée en «préoccupation mineure» sur la liste de 2007 de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Les principales causes de ce déclin sont l’homme, qui détruit son habitat, mais plus globalement l’utilisation massive de pesticides et d’insecticides et la production hors sol de cultures qui privent les hirondelles de nourriture (car moins d’insectes).

En France, l’article L415-3 du code de l’environnement protège les hirondelles en punissant de 150 000 euros d’amende et d’une peine d’emprisonnement d’une durée maximale de 2 ans le fait de capturer, de mutiler ou de détruire un nid ou l’un de ces oiseaux.

Comment la Commission peut-elle lutter contre ce déclin et protéger notre biodiversité?

La Commission envisage-t-elle une réorientation claire des aides européennes vers une agriculture plus respectueuse de la biodiversité tout en assurant aux agriculteurs un revenu décent et en luttant contre la concurrence déloyale?

Recent Posts