Crise migratoire : y mettre un terme !

Douze septembre 2015, Jacques Attali répond au journal belge Le Soir : « Un ami a eu récemment cette phrase très juste : vous n’avez vu que la bande-annonce du film Les Migrants. Les migrants climatiques vont suivre et toutes les autres formes ensuite. A partir du moment où on admet que les libertés sont fondamentales, la première liberté c’est celle de circulation. Et donc les gens vont venir et c’est très bien. (…) Ces gens-là vont faire de l’Europe, la première puissance du monde. » Puis d’ajouter : « Normalement, ce qui se passe avec les migrants devrait entraîner la construction d’une Europe plus intégrée, plus puissante, se donnant les moyens de recevoir ces personnes. Leur arrivée est une incroyable chance car cela transforme la démographie européenne. Et nous, au contraire, on a une réaction de petits. »

Depuis, la réalité a tristement contredit les doctes propos de l’ancien consigliere de François Mitterrand, et actuel mentor du Président de la République en exercice. Cet homme rêve d’installer toujours plus de « migrants », lesquels ne sont que très minoritairement des réfugiés pouvant bénéficier du droit d’asile mais bien plutôt de simples migrants économiques arrivés illégalement en France, quand ils ne sont pas des islamistes infiltrés, j’y immigration massive peu qualifiée qui viendra grossir les bataillons des chômeurs. Ce n’est donc pas une chance mais un malheur qui, loin de revitaliser une ruralité française en perdition pourrait précipiter sa chute.

Songez que Salah Abdeslam aurait convoyé treize terroristes depuis la Hongrie, selon les informations du quotidien hongrois Magyar Idok rapportées en France par deux médias uniquement, Ouest France et Arrêt Sur Images. « Ces derniers s’étaient infiltrés dans la zone Schengen par la frontière entre la Hongrie et la Serbie, dissimulés parmi les flots de migrants. […] Le réseau pourrait aussi avoir profité de l’assistance involontaire des nombreux bénévoles qui venaient en aide aux migrants : Salah Abdeslam a séjourné à deux reprises dans l’appartement d’un membre d’une organisation humanitaire », rapporte Ouest France. Un scoop peu commenté en France… Et pour cause !

Sous l’apparent souci de l’autre d’un Cédric Herrou, et de ses amis « humanitaires », se cache un aveuglement coupable, un égoïsme forcené. Les anciens le savaient : le mieux est l’ennemi du bien. Jacques Attali n’aura pas à subir les conséquences de l’immigration de masse car il est suffisamment fortuné pour correctement s’en prémunir. Comme toujours, les plus modestes d’entre les Français se trouveront en première ligne, subissant les agressions, la dégradation d’un mobilier urbain qu’il sera difficile de remplacer avec la baisse des dotations aux communes, le retour des maladies disparues, les attentats et la baisse du niveau général à l’école.

Nous ne pouvons plus recevoir toute la misère du monde. Nous ne pouvons plus nous laisser littéralement envahir. Il est temps de dire une bonne fois pour toute que la coupe est pleine.

Recent Posts