Chronique d’un après-midi ordinaire de combat à Bruxelles

La commission des Affaires juridiques du Parlement européen, dont je fais partie, s’est réunie dans l’après-midi du 9 octobre.

Lors de cette séance, j’ai tenté d’obtenir l’attribution de deux rapports : l’un sur le statut des partis politiques européens, sujet explosif dans la perspective des futures listes électorales transnationales ; l’autre sur le pluralisme dans les médias, thème sur lequel le FN a beaucoup à dire.

Mais à chaque fois, droite, gauche et centre se sont entendus pour rejeter ma demande, et donner la préférence à des rapporteurs entièrement dévoués à l’UE.

J’ai d’autre part suggéré de modifier le règlement intérieur du Parlement européen, afin de mieux défendre les eurodéputés dont la demande de levée d’immunité est traitée de façon cavalière, voire scandaleuse. Je proposais par exemple de leur permettre de demander la récusation de leur rapporteur quand celui-ci viole publiquement son obligation d’impartialité, comme c’est arrivé récemment à Marine Le Pen.

Mais tout en reconnaissant l’intérêt de mes propositions, la majorité a décidé de les enterrer en en renvoyant l’examen à plus tard, à une date indéterminée à fixer au-delà de 2019…

Ainsi va la vie d’un eurodéputé FN : chaque rebuffade renforce sa détermination à combattre cet odieux système oligarchique qu’est l’UE…

Recent Posts