Question écrite de Philippe Loiseau, Député français membre du groupe ENL au Parlement européen :

Le premier juin dernier la Commission européenne a fait part de son intention de baisser le budget du Programme d’Options Spécifiques à l’Éloignement et à l’Insularité (POSEI) de 3,9%.
Pourtant, le Président de la Commission européenne, M. Jean-Claude Juncker, avait affirmé le contraire lors de sa dernière visite en Guyane en octobre 2017.

Ces annonces inquiètent les agriculteurs en Martinique mais aussi dans les autres départements et territoires d’outre-mer.
Le POSEI est un programme essentiel qui permet, d’une part d’assurer le maintien des productions d’exportation, comme la canne à sucre et ses dérivés tels que le rhum, qui jouent un rôle central dans l’emploi local et d’autre part le développement des productions diversifiées dans les filières animales et végétales.

Si une telle baisse se faisait, il est à craindre que la production locale en soit directement et négativement impactée. On ne prendra que l’exemple des jeunes agriculteurs qui comptent vivement sur les aides du POSEI et qui seront les premières victimes de cette baisse, alors qu’ils ont investi de grosses sommes sur 10 à 15 ans.

1- La Commission européenne envisage-t-elle réellement de diminuer le budget du POSEI ?
2- Si oui, comment envisage-t-elle d’éviter l’effondrement de l’agriculture locale dans les outre-mer ?

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts