Depuis dimanche soir, les agriculteurs ont lancé une action de blocage des raffineries pour protester contre l’autorisation accordée à Total d’importer 300 000 tonnes d’huile de palme pour sa bio-raffinerie de la Mède (Bouches-Du-Rhône), alors même que nos agriculteurs français sont en capacité de fournir du colza pour la production de biocarburant.
Comme le dénonçait M. Jérôme Despey, Président de la Chambre d’agriculture de l’Hérault et Secrétaire Général de la FNSEA, lors de notre entrevue ce vendredi 8 juin, cette faute gouvernementale intervient alors que tous les soldes commerciaux des produits agricoles français se creusent (+ 182% de déficit commercial en 10 ans sur les légumes).
Elle s’ajoute aux accords passés avec le Canada, et ceux à venir avec le Mercosur, l’Australie ou la Nouvelle-Zélande dans lesquels Bruxelles engage la France, et qui accélèrent la disparition de nos filières d’élevage, de culture, de viticulture.
L’État doit impérativement protéger ces enjeux stratégiques et en finir avec ce double langage. La colère de nos agriculteurs est tout à fait légitime et je les soutiens entièrement.

Partagez ceci

Faites connaître le travail du groupe auprès de vos contacts